La rencontre s’est déroulée jeudi, vendredi et samedi dernier à Lomé en présence des administrations douanières du Togo, du Burkina Faso et du Niger. Le but de cette session de travail ? La mise en place d’un accord de coopération douanier et l’évaluation de l’interconnexion des systèmes informatiques douaniers des trois pays.

Pourquoi cette rencontre Togo Burkina ?

Nous savons que le Togo bénéficie d’une situation géographique privilégiée en bénéficiant d’un littoral maritime par rapport aux pays de l’hinterland qui, eux, sont tributaires des pays côtiers pour leur approvisionnement. En effet, le maillon routier est le dernier tronçon permettant l’acheminement de denrées ou marchandises après un transit maritime.

Cette rencontre organisée par l’Office Togolais des Recettes avait donc pour but de faire un pas de plus faire le TRIE après la signature il y a quelques mois du SIGMAT (système interconnecté de gestion des marchandises en transit).

Qu’est-ce que le TRIE ou Transit Routier Inter Etats ?

Signée depuis déjà 32 ans, cette convention des Etats membres de la CEDEAO (n° A/P4/5/82) permet l’application d’un accord douanier entre les pays côtiers (disposant d’un littoral) et ceux de l’hinterland pour faciliter le transit routier international de marchandises.

Le principe est simple : les marchandises admises par ce régime douanier sont exonérés de droits et taxes sur le territoire du pays partenaire lors du transit. Ces marchandises sont également prohibées à la vente sur ledit territoire.

Pour garantir la bonne exécution du TRIE, une chaîne d’organismes caution a été mise en place pour permettre un mécanisme de garantie des droits, taxes et pénalités encourues sur le territoire emprunté.
Ainsi, tout le monde sort gagnant de l’accord : les états partenaires en récupérant une partie des droits et les états destinataires en obtenant des procédures simplifiées et accélérées pour le transit. A ce jour, le TRIE est effectif sur les corridors suivants :

  • Côte d’Ivoire-Burkina Faso
  • Ghana-Côte d’Ivoire
  • Burkina Faso-Ghana
  • Côte d’Ivoire-Mali

A noter qu’au  même moment, jeudi et vendredi, se déroulait justement l’assemblée générale de coordination des cautions nationales du TRIE des états membres de la CEDEAO. Cette réunion a été l’occasion de féliciter les 3 pays que sont le Togo, le Burkina Faso et le Niger vers la mise en place de cet accord de transit.

Rappelons également que le transport routier occupe une importante part dans le développement de tous les pays de la sous région et structure quasiment toutes les activités économiques de ces pays.