La Nouvelle Société de Commercialisation des Produits Agroalimentaires (NSCPA), en ligne avec son ambition d’optimiser la chaîne de valeurs agricoles Manioc, est en train d’installer une nouvelle usine de transformation du manioc à Atakpamé, à environ 160 km de la capitale Lomé. Plus d’infos sur le sujet dans la suite de cet article. Pour lire notre page dédiée à l’agriculture togolaise, cliquez ici.

Une capacité de traitement estimée à 50 tonnes par jour

La Nouvelle Société de Commercialisation des Produits Agroalimentaires (NSCPA) a en effet démarré « le montage de ses équipements de transformation en septembre 2020 ». C’est ce qu’a indiqué le bimensuel d’informations du Projet d’Appui à l’Employabilité et à l’Insertion des Jeunes dans les Secteurs Porteurs (PAEIJ-SP). Il faut savoir à ce propos que la NSCPA a bénéficié du support du PAEIJ-SP pour la mise en place d’une chaîne de production d’amidon. Par ailleurs, l’usine en cours d’installation devrait avoir une capacité de traitement d’environ 50 tonnes par jour, soit 15 000 tonnes par an. Notons également que près d’un millier de jeunes producteurs (individuels ou évoluant en coopérative) ont emblavé environ 1 500 hectares dans la région où va être installée la nouvelle usine.

Le PAEIJ-SP contribue à la réduction du taux de chômage au Togo

Selon les statistiques officielles, le PAEIJ-SP a grandement contribué à la réduction du taux de chômage au pays. En effet, le Projet d’Appui à l’Employabilité et à l’Insertion des Jeunes dans les Secteurs Porteurs a enrôlé 1 427 jeunes, dont 10% de femmes en qualité de primo-entreprises, et a réussi à atteindre un niveau de performance au-delà des objectifs qui lui ont été initialement assignés. A ce propos, la BAD (Banque Africaine de Développement), le principal financeur du projet, a indiqué : « À une année de sa clôture, le PAEIJ-SP a dépassé ses prévisions initiales. Il a favorisé la création de 25 635 emplois directs, dont 27% occupés par des femmes. Le projet a appuyé 1 793 groupements agricoles et formé quinze institutions financières sur le financement des chaînes de valeur agricoles. Il a également facilité l’accès au financement de seize PME, formé 31 cadres sur la gestion de systèmes d’information du marché du travail et a mis en place un identifiant unique pour suivre les jeunes intégrés dans l’appui à l’entreprenariat ».