Le Togo, comme tous les autres pays de cette planète, fait face à une crise environnementale qui est désormais un enjeu majeur. Le gouvernement a mis en place à cet effet différents projets afin de rapidement œuvrer à la reforestation du pays. De nombreuses organisations internationales prêtent main forte au Togo sous la forme de subventions, à l’instar de la Soka Gakkai. Le point dans cet article.

Un taux de déforestation massif

Le Togo affiche, malheureusement, l’un taux de déforestation élevés (4,5%). Ce chiffre s’explique par plusieurs raisons, notamment la surexploitation forestière, l’expansion agricole, les phénomènes météorologiques ou encore l’approvisionnement par la population en bois-énergie.

Le Ministre de l’environnement, du développement durable et de la protection de la nature, David Wonou Oladokoun, a ainsi rappelé que « le taux de dégradation des forêts togolaises figurait parmi les plus élevés au monde ». Il a également précisé qu’une politique engagée serait désormais appliquée,  prévoyant de planter trois arbres pour un arbre coupé. Le ministre espère susciter des attitudes citoyennes qui s’inscriront dans cette lignée volontariste.

Pour faire face à cette catastrophe environnementale, le gouvernement s’affaire ainsi à mettre en place diverses mesures de reboisement, notamment un projet pour restaurer 1 400 000 hectares de paysages déboisés et dégradés d’ici 2030.

Des appuis internationaux pour le reboisement du Togo

La Soka Gakkai, qui est rappelons-le une organisation bouddhiste mondiale, a annoncé la signature d’un partenariat avec l’Organisation internationale des bois tropicaux (ITTO) pour lancer un projet de reboisement au Togo.

Ce projet va encore plus loin car il a pour objectif d’offrir également des opportunités de revenus aux femmes togolaises, notamment dans les milieux ruraux, ainsi qu’à leurs familles. Dix millions de yens (soit environ 93 300 USD) seront pour cela versés lors de la phase initiale du projet.