Vendredi 18 décembre, l’Assemblée nationale togolaise a voté la loi de finances 2021. La particularité du budget de 2021 : sa forte tendance sociale, avec des dépenses en hausse de 10%. Les détails dans la suite.

445,1 milliards de FCFA aux secteurs sociaux

Cette année, la part relative aux dépenses sociales a augmenté à 53,7% des crédits budgétaires, contre 52,9% dans le budget 2020. Dans les faits, sur un budget de 1 521,6 milliards de FCFA (en léger recul par rapport à celui de l’exercice 2020), 445,1 milliards de FCFA (contre 401 milliards en 2020) seront consacrés aux secteurs sociaux, dans l’espoir de cerner plus rapidement la crise sanitaire de Covid-19 l’an prochain.

Relancer la machine économique

Les grands chantiers de la nouvelle loi des finances s’accumulent, mais ont tous un objectif commun : relancer la machine économique au plus vite. Pour y arriver, les autorités togolaises comptent s’appuyer sur l’agriculture, et l’industrie naissante de la transformation, tout en renforçant l’inclusion économique et sociale, avec un large programme de désenclavement des milieux ruraux, et l’accès à l’eau potable.

Concrètement, l’agriculture et l’agro-industrie, les principaux pourvoyeurs d’emplois au pays, se voient allouer la somme de 65,7 milliards de FCFA. Les pistes rurales, quant à elles, bénéficient de 9 milliards de FCFA, avec pour ambition de faciliter l’accès des producteurs et des populations rurales aux marchés et aux infrastructures de base de santé et d’éducation.

La santé occupe une place centrale

Avec un crédit de 77,9 milliards de FCFA (10% des fonds prévus pour les ministères), la santé occupe une place de choix dans l’agenda gouvernemental l’an prochain. Dans le contexte du Covid-19, les déficits des infrastructures sanitaires ont été mis à nu. En réaction, Lomé projette de construire un hôpital et un laboratoire modernes dans chaque région, en plus de renforcer le plateau technique des hôpitaux et centres de santé régionaux et préfectoraux.