Dans un élan environnemental et écologique, le Centre d’Excellence Régional sur les Sciences Aviaires (CERSA) de l’université de Lomé a formé une dizaine de personnes sur la production de larves des mouches soldates pour l’alimentation des volailles, des poissons et d’autres animaux, pour lesquels ces asticots constituent une source de protéines. Cela pourrait être un débouché extrêmement important pour le développement de l’agriculture au Togo et plus particulièrement de la filière élevage. Plus de détails sur le sujet dans la suite de cet article.

Nourrir les volailles par de la farine de mouches à Nyamassila

Cette initiative du CERSA a pour objectif de former les éleveurs de volailles et de poissons à la production en masse des asticots. Le but est d’arriver, à terme, de relever les défis liés aux coûts élevés de l’alimentation, notamment les protéines d’origine animale dont ces animaux ont besoin. Ainsi, les modules de formation se sont déclinés en plusieurs modules, tels que l’utilisation des asticots dans l’alimentation des volailles et des poissons, l’écologie et biologie des mouches soldates, les techniques d’élevage et de production en masse des larves des mouches soldates, l’alimentation des larves, et enfin un stage pratique dans l’unité de production d’asticots du CERSA.

Par ailleurs, la formation a débuté par une phase théorique qui s’est étalée sur une semaine, suivie d’une phase pratique au sein de l’unité de production d’asticots du centre pour un cycle des insectes qui dure entre 25 et 30 jours. A la fin de la formation, les participants ont reçu une attestation de « Technicien en production d’asticots », et ont également profité de la remise d’une quantité de pulpes pour démarrer leur production d’asticots.