Togo Création d’entreprises : boom dans le secteur privé sur fond de réformes audacieuses

Un environnement des affaires très propice, modifié de fond en comble avec à la clé un bilan fort éloquent en matière de création d’entreprises. Le secteur privé n’en demande pas mieux. Ayant saisi les opportunités que lui offrent les nombreuses réformes opérées, il a procédé à la création à la pelle d’entreprises grâce à l’amélioration du climat des affaires sous l’impulsion de la ministre déléguée en charge de la CCA, Mme Sandra Ablamba Johnson.

Des entreprises togolaises qui poussent comme des champignons

Sur les cinq dernières années 56 606 nouvelles entreprises ont vu le jour entrainant des gains énormes au profit du secteur privé, évalués à 13 milliards 923 511 150 FCFA. Au total 7255 Sociétés Anonymes à Responsabilité Limitée (SARL) ont été créées sous seing privé entrainant un gain de 5milliards 155 millions 400 000 FCFA pour les opérateurs économiques.

A vrai dire, ce sont les SARL qui ont tiré le meilleur profit des réformes avec une augmentation d’environ 33 % sur les deux dernières années. Initier des réformes est une chose, les piloter avec grande efficacité et réussir à faire d’elles un véritable moteur de l’économie en est une autre. Ici, il faut saluer la volonté politique des autorités togolaises sous la direction desquelles les réformes ont été menées de bout en bout.

Des réformes audacieuses pour un environnement macro économique favorable et vertueux  au Togo

Un long catalogue des réformes. Tout commence par la création et l’opérationnalisation d’une cellule spécialement dédiée aux affaires. S’en suivent la mise en place du guichet unique de création des entreprises, la réduction de l’impôt sur sociétés (IS) de 40% pour les industries voir 37% pour les autres à un IS unique de 27 %. Dans le même registre, on note la réduction des procédures et coûts de création d’entreprises passant de 262 250 F CFA en 2012 à 28 250 en 2019, soit une réduction de 89 %, la suppression des droits d’enregistrement (9 % de la valeur vénale) à un coût fixe de 35 000 F CFA.

A souligner aussi que la dématérialisation des procédures (impôts, douanes, permis de construire, justice etc…) renforce la célérité et la transparence du processus. Autre réforme non moins importante la mise en place d’un guichet unique du foncier avec suppression et réduction des procédures et coût (suppression des deuxième et troisième tampons ainsi que des frais y afférents, réduction drastique des droits d’enregistrement ainsi que du délai de 285 jours à 10 jours. La liste n’est pas exhaustive.

Avec autant de réformes il n’est pas surprenant que le Togo soit classé meilleur pays réformateur dans le monde sur les deux dernières années et premier réformateur en Afrique en 2019.