Faire face aux impacts négatifs de la crise sanitaire actuelle a été l’objet de la rencontre qui a eu lieu mardi dernier et qui a réuni d’une part, le ministre de l’Économie et des Finances, monsieur Sani Yaya et le directeur national de la BCEAO, Koffi Ténou et d’autre part les dirigeants de l’association professionnelle des banques et établissements financiers du Togo (APBEF).

 

Des mesures pour atténuer la crise 

Cette rencontre a été l’occasion pour M. Yaya de rappeler aux différents acteurs présents les mesures prises par le Président Faure Gnassingbé afin d’atténuer les effets de cette crise du Covid-19 sur l’économie du pays, notamment la mise en place d’un Fonds national de solidarité et de relance économique d’un montant de 400 milliards de francs FCFA.

Le ministre a également invité les banques à profiter des facilités mises en place par la BCEAO notamment la baisse du taux de refinancement, ce qui leur permettra d’accorder plus de crédits aux entreprises et financer leur fonds de roulement. Par ailleurs, un comité sera constitué afin de réfléchir aux différentes solutions pour relancer l’économie juste après la fin de la crise.

Le directeur national de la BCEAO a de son côté a précisé que l’institution avait pris les mesures qui s’imposent pour amortir l’effet de la pandémie sur les banques ouest-africaines et surtout le soutien apporté aux économies locales.

Les dirigeants de l’association professionnelle des banques et établissements financiers du Togo  reconnaissent quant à eux la difficulté du contexte. En effet, l’APBEF craint que la situation ne devienne plus complexe avec l’augmentation des demandes de crédit et la baisse de l’épargne, une situation qui devra continuer pendant le mois en cours, tant que les prémisses d’une sortie de la crise sanitaire ne sont pas encore visibles.