La pandémie mondiale liée à la propagation du coronavirus (COVID-19) est apparue sur le continent africain après s’être propagée d’abord en Chine, puis en Europe et aux Etats-Unis. Le virus serait arrivé sur le continent à cause de vols en provenance d’Europe et non d’Asie comme on le pensait.
Malgré le nombre relativement réduit des personnes infectées, l’état togolais n’a pas sous-estimé les risques potentiels associés à la propagation massive de ce virus potentiellement mortel. Observant ce qui se passe dans le reste du monde, le gouvernement a établi des mesures strictes pour limiter les risques de contamination.

Les efforts déployés par l’état pour lutter contre le COVID-19

Dans le cas du Coronavirus, des mesures individuelles telles que l’hygiène, la restriction des voyages et la prévention des événements publics peuvent aider à freiner la propagation du virus. Cependant, ces actions à elles seules sont loin d’être suffisantes.
Pour relever ce défi collectif, le gouvernement togolais a mis en place des directives de responsabilité claire, qui permettent d’agir individuellement et de manière responsable. En effet, outre les mesures drastiques, telles que l’isolement des villes, des provinces ou la suspension de la liberté de voyager, de nombreuses mesures prises par le gouvernement visent à guider le comportement individuel, comme l’encouragement du « télétravail », mais aussi l’annulation des évènements publics. Il est à noter que la plupart des mesures gouvernementales suivent les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé.

Suspension de toutes les liaisons aériennes vers les zones à risque

Dès le début de la propagation du Coronavirus, le Togo a suspendu tous ses vols vers les zones à risque. Plus aucun avion vers la Chine, l’Italie ou la Corée du Sud. En outre, les voyageurs européens qui se sont trouvés coincés dans le pays ouest-africain ont été isolés, et ont dû prouver qu’ils n’ont eu aucun contact avec des personnes infectées au cours des deux dernières semaines.
Et ce n’est pas tout, le gouvernement a adopté d’autres mesures pour contenir les risques, comme des contrôles biométriques aux aéroports et dans les lieux très fréquentés (gares, bureaux publics…) jusqu’à la limitation ou la fermeture du trafic aérien en provenance d’Europe et l’imposition de mise en quarantaine.
Bien que, jusqu’à présent, les connaissances scientifiques sur le COVID-19 soient relativement limitées, le gouvernement togolais se voit capable d’analyser les facteurs de risque et de résilience possibles qui caractérisent le pays.

Programme Novissi : 20 000 FCFA pour chaque conducteur de Taxi-moto

Le gouvernement a également lancé le programme Novissi : un revenu mensuel de solidarité de 20 000 FCFA en faveur des conducteurs de taxis-motos. Il sera opérationnel à partir du 11 avril prochain. Pour en bénéficier, les personnes éligibles au programme de transfert susmentionné devraient s’inscrire en composant le *855# (peu importe leur opérateur téléphonique).

La moitié du montant sera directement versée dans les comptes des bénéficiaires toutes les deux semaines, et ce pendant toute la durée de l’état d’urgence.
D’autre part, toujours dans le cadre de la gestion gouvernementale de la crise sanitaire, un montant mensuel de 12 250 FCFA sera octroyé aux femmes ayant perdu leur emploi et/ou revenu de subsistance.