Afin de faciliter la collecte des ressources fiscales et soutenir convenablement le développement socio-économique, l’Office togolais des recettes (OTR) a été institué le 10 décembre de l’année 2012. Ses principaux objectifs consistent à recouvrer les impôts, taxes, droits de douanes pour le compte de l’Etat et les collectivités territoriales et veiller par-dessus tout à l’uniformisation fiscale. Pour ce qui est de l’année 2019, l’institution a réussi à collecter plus de 624 milliards de francs CFA pour le compte de l’Etat.

En milieu d’année 2019, alors que l’Office togolais des recettes (OTR) avait pour mission de collecter seulement 45% (des 669 milliards de francs CFA) de taxes et impôts, l’institution avait réussi à glaner près 326 milliards de francs CFA, soit un taux de 48,8%. Ceci grâce à la promotion de la contribution volontaire ou le civisme fiscal, la télé déclaration ou le télépaiement, l’annonce d’une retenue de 15% de la valeur en douanes sur chaque importation des opérateurs économiques qui ne sont pas en règle en matière fiscale. Jadis, cette performance laissait entrevoir un surplus dans la collecte fiscale au terme de l’année.

624 milliards à l’arrivée

Au bout du compte, en termes de contribution au budget de l’Etat, l’OTR a dépassé les attentes avec 624 milliards de francs CFA collectés, ce qui équivaut à plus de 93% des prévisions initiales assignées à l’institution. En réalité, ce chiffre traduit une progression de 11 à 12% des performances enregistrées en 2018. En réalité, cette évolution doit son essence aux différentes réformes en matière de fiscalité et l’amélioration du climat des affaires ; le renforcement des capacités des ressources humaines ; la perception de nouveaux impôts etc.
En 2020, le gouvernement compte aller jusqu’à 678,4 milliards de francs CFA en 2020 grâce à l’OTR. Ce chiffre devrait monter à 723,3 milliards de francs CFA en 2021 et il serait de l’ordre de 773,5 milliards de francs CFA en 2022. Et pour cause ! L’Office togolais des recettes (OTR) est un établissement public à caractère administratif, doté d’une autonomie de gestion administrative et financière. Il contribue à la réduction de la corruption, lutte contre l’évasion fiscale, combat la fraude. Il est une référence en matière de fiscalité et des questions relatives aux douanes au Togo. En somme, grâce aux fonds collectés, il permet au gouvernement de financer les demandes sociales telles que l’éducation, la santé, le droit à l’assurance maladie, le droit au logement, l’emploi des jeunes etc.