Qu’est-ce que le PND au Togo ?

Un proverbe togolais affirme que « ce qu’on a semé tôt produit beaucoup » et ce n’est pas pour rien ! En regardant la situation politique, économique et social de ce petit pays ces dernières années, il faut bien le dire, les togolais ont définitivement su poser avec sagesse les prémices de leur développement futur.  L’une des germes dont nous allons parler aujourd’hui et qui ne cesse d’inonder le pays de bons fruits, n’est rien d’autre que le Plan National de Développement, plus connu sous le sigle PND.

De quoi s’agit-il ?

Le Plan National de Développement ou PND est un programme mis en place par le gouvernement togolais le 03 Aout 2018 et s’étendant jusqu’à 2022. Il est lancé officiellement le 04 Mars 2019 par le Président de la République Faure Gnassingbé.

A quelle fin ?

C’est un plan stratégique qui vise à transformer structurellement l’économie togolaise afin de générer à long terme une croissance positive et de créer des emplois décents pour toute la population, tout en garantissant de meilleures conditions de vie.  Rendue à 2022, la croissance devrait atteindre 7.2% du PIB et au-moins 500 000 emplois directs devraient avoir été créés.

Contexte de développement

Le Plan National de Développement (PND) a succédé à la Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi (SCAPE) adoptée par le gouvernement en 2013. Son objectif principal était de relancer l’économie togolaise durant la période allant de 2013 à 2017. A terme, elle devait générer une croissance moyenne de 6% par an et faire émerger le Togo en s’appuyant sur 5 axes parmi lesquels : le développement des secteurs à fort potentiel de croissance, le renforcement les infrastructures économiques, le développement du capital humain, de la protection sociale et de l’emploi, le renforcement de la gouvernance et la création des conditions favorables pour un développement participatif, équilibré et durable.

2013-2015 : L’âge d’or

Grâce à la SCAPE, le Togo a fait une avancée remarquable. Les rapports annuels fournis par le Conseil National de Pilotage des Politiques de Développement (CNPPD) sur la mise en œuvre de la stratégie montrent des résultats louables durant la période allant de 2013 à 2015. Le PIB, qui avoisinait les 4.3% (entre 2009 et 2012) avant l’adoption de la stratégie nationale, était en moyenne de 5% au cours des années.  En 2015, l’indice de pauvreté avait chuté à 55.1% contre 58.7% en 2011 grâce à la hausse de la croissance économique (+2 points) et des politiques redistributives (+1.4 point). Le taux d’inflation est resté en dessous des 3% et le taux de pression fiscal des 20% depuis 2014. Par ailleurs, l’emploi a progressé avec un taux de chômage en baisse de plus de 3 points, de 6.5% en 2011 à 3.4%. Mais, le taux de sous-emploi est demeuré élevé et en hausse, passant de 22.8% en 2011 à 25.8% en 2015. Ce qui montre bien que le secteur informel domine toujours le monde de l’emploi au Togo.

2016-2017 : De nouvelles issues

Le dernier rapport fourni sur la SCAPE indique que la situation économique et sociale au Togo s’est légèrement détérioré en 2017 malgré quelques améliorations.  D’un côté, le niveau d’endettement global a réduit et est passé au niveau de la norme communautaire de 70%, contrairement à 2016 où il avoisinait presque les 80%. Le pourcentage de routes nationales a augmenté de 60% en 2016 à 64% en 2017. Les conditions de santé se sont améliorées et on a noté une stabilisation du taux de mortalité. Néanmoins, le PIB global a chuté en passant de 5.1% en 2016 à 4.4%. Le taux de croissance agricole est aussi allé à la baisse en quittant de  8.8% à 7.7%. Globalement, les performances de plusieurs autres secteurs ont été en baisse. Ce qui a valu au pays de perdre deux rangs au classement Doing Business.

Axes stratégiques

Le PND, tout comme la SCAPE, s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme mondial de développement à l’horizon 2030 basé sur les Objectifs de Développement Durable (ODD) fixés par les Nations Unies.  Il rentre également dans la Vision 2020 de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (la CEDEAO) et de l’agenda 2063 de l’Union Africaine. Autant de visions qui ont guidé le développement du Togo durant ces dernières années.

Plusieurs principes ont été fixés pour guider la conception de ce plan national. Parmi ceux-là, le gouvernement togolais a mis l’accent sur le leadership et l’appropriation pour bien spécifier la responsabilité qui revient au gouvernement pour la mise en œuvre du PND. Il fixe également un autre principe directeur, celui du partenariat et de la redevabilité mutuelle. Le partenariat qui se fera au niveau national avec les différentes secteurs (public et privé), les organisations de la société civile et les communautés liées ; et au niveau international à travers les coopérations (régionales, sous-régionales …). Ajouté à ça, on retrouve aussi la gestion axée sur les résultats et durabilité, et pour finir l’équité, le genre et l’inclusion. N’oublions pas que l’objectif principal du PND est surtout de transformer complètement la structure économique du pays en modernisant les infrastructures. Il devra faire du Togo à l’horizon 2022, un véritable hub logistique et un pôle de transformation agricole, manufacturier et d’industries extractives pour augmenter la croissance économique et générer de meilleures conditions de vie pour les populations. Ceci étant, son orientation a été définie selon 3 axes.

Axe1 : Mettre en place un hub logistique d’excellence et un centre d’affaires de premier ordre dans la sous-région

Dans le but de générer une croissance positive à court terme, le gouvernement togolais a décidé de faire du Togo un hub logistique d’excellence et un centre d’affaires reconnu en mettant en place des infrastructures modernes et en améliorant les transports. On peut ainsi dire qu’aux jours d’aujourd’hui, les togolais se déplacent nettement mieux qu’avant 2013, ce qui est déjà pas mal. D’un autre côté, en renforcement les infrastructures et en améliorant la qualité des services des TIC et d’énergie, les autorités pourront mettre en place un climat d’affaires propice aux investissements étrangers et favoriser et renforcer les échanges internationaux. Ainsi, la logistique est l’atout clé du gouvernement togolais pour améliorer la compétitivité et la productivité globale de l’économie, et même générer des emplois.

Axe2 : Développer les pôles de transformation agricole, manufacturiers et d’industries extractives

En valorisant les secteurs de l’agriculture et de l’industrie manufacturière et minière, le gouvernement cherche à promouvoir la compétitivité du Togo en misant sur ses atouts. Plus précisément, le développement industriel des secteurs créateurs de valeur ajoutée et tournés vers l’exportation permettra d’accroître les échanges et le commerce avec l’extérieur. D’une part, un pôle de transformation agricole sera mis en place. Il sera axé sur la productivité pour atteindre et garantir la sécurité alimentaire dans le pays et bien entendu réduire le déficit de la balane agricole. D’autre part, un pôle manufacturier et d’industries extractives sera développé toujours dans le but de faire du Togo un hub logistique d’excellence.  La réalisation de ces points devrait permettre, on l’espère, de réduire la pauvreté dans le pays.

Axe3 : Consolider le développement social et renforcer les mécanismes d’inclusion

La citation de Jean Bodin au XVIe siècle selon laquelle « il n’y a de richesse que d’hommes » semblent bien avoir été comprises par les autorités togolaises. A travers cet axe, le PND met l’accent sur le développement du capital humain dans le développement de sa compétitivité et de sa croissance économique. Il vise à garantir que l’ensemble des droits et libertés des personnes seront réalisés et respectés afin de garantir le bien-être de la population. Les principes d’équité, d’inclusion et de durabilité seront définitivement les piliers d’application du programme. La mise en œuvre de cet axe a pour objectif d’améliorer le développement humain en permettant un meilleur accès aux services sociaux de base.

L’application de la Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi (SCAPE) a définitivement permis au Togo de fixer les bases pour une transformation profonde de l’économie entre 2013 et 2017. Avec cette stratégie, près de 791 milliards de FCFA ont été investi chaque année par le gouvernement pour sa mise en œuvre. L’adoption du Plan National de Développement en Avril 2018 vient donc tout naturellement compléter la SCAPE en dotant le pays d’un nouveau plan de développement. Mais, avoir des plans ne fait pas tout ! Le plus important c’est de savoir les mettre en pratique et ça Faure Gnassingbé, le président de la République l’a bien compris. C’est ainsi qu’il affirme que la réussite du PND nécessite l’implication de tous les secteurs de l’économie. Toute la société togolaise doit œuvrer à la réalisation des objectifs pour que la vision de développement puisse se réaliser.

Comme vous l’aurez compris, c’est l’unité qui fera la différence. Seul, l’Etat ne peut pas tout. Le développement peut certes être impulsé par les politiques gouvernementales, mais les citoyens ont aussi un rôle important à jouer dans la réussite de leur application. Voilà un très bel exemple que nous donne le Togo !