Les efforts d’amélioration des élevages commerciaux se poursuivent au Togo. L’objectif visé est de promouvoir autant que faire se peut le développement du sous-secteur de l’élevage et surtout d’augmenter les revenus des producteurs. Au cours de ces dernières années, les résultats affichés par le pays sont plutôt satisfaisants. Ce qui encourage le gouvernement à multiplier les actions en faveur du domaine de l’élevage et de ses acteurs.
1,5 milliards de francs CFA ont été décaissés dans le cadre de la promotion des élevages commerciaux. Ces fonds servent, entre autres, à doter les bénéficiaires d’infrastructures et d’équipements d’élevage en vue de leur permettre de bien mener leurs activités. Pendant trois (03) ans, au moins trois cents (300) éleveurs ont été financés sur l’ensemble du territoire national. Selon les chiffres officiels, ils sont repartis comme suit : cinquante (50) éleveurs dans la région Maritime, soixante-dix (70) dans les Plateaux, soixante-sept (67) pour la région Centrale, cinquante (50) dans la région de la Kara et soixante-dix (70) dans la région des Savanes.
L’initiative s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’appui au secteur agricole (Pasa) dont la composante 2 est consacrée à la « relance du sous-secteur de l’élevage ». Le Pasa a été lancé avec l’appui de la Banque mondiale, depuis 2011, pour un coût global de plus de vingt-six (26) milliards de francs CFA. Selon le ministère en charge de l’Elevage, depuis son lancement en 2017, le programme a permis de passer de 300.000 têtes de bœuf à 475.000 et de 1,5 millions à 4,2 millions d’ovins et caprins. De son côté, la production de volaille a connu une hausse de 08 millions à 14,5 millions de têtes.
Satisfait des résultats obtenus, le ministère de l’Agriculture prévoit doubler l’impact à terme. Cela concerne la promotion des élevages commerciaux dans le cadre du financement additionnel. Dans ce sens, « il est prévu de toucher 300 nouveaux bénéficiaires sur toute l’étendue du territoire ».