Selon l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FIBL), l’agriculture bio occupe 36.645 producteurs au Togo, soit environ 4,83% des producteurs africains. Face à une demande de plus en plus croissante, il devient presque obligatoire pour l’Etat togolais de redoubler d’efforts pour satisfaire essentiellement le marché extérieur. Aujourd’hui, le Togo devenu une référence africaine en matière de production bio, ne veut plus perdre ces acquis et les privilèges qui y sont rattachés. Il a mis en place de grands chantiers visant à faire de l’agriculture togolaise une référence pour continuer à satisfaire la demande nationale et internationale.
Principalement, l’ensemble des terres consacrées à ce sous-segment agricole, aux débouchés mondiaux de plus en plus importants, représente près de 40.000 hectares, soit seulement 1% des terres exploitées au Togo.

Le Togo est bon élève en termes de production bio dans la sous-région

Il est vrai que le Togo se place loin derrière les pays qui font la promotion de l’agriculture bio dans le monde. Le pays occupe la tête du classement, comparé à ses voisins de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa). Il devance le Bénin et le Burkina Faso ; chacun consacrant 0,5% de ses terres au bio, avec environ 4000 et 27.000 producteurs respectivement. Les données indiquent que la proportion de terres globalement consacrées à l’agriculture bio en Afrique est de 0,2% pour 815.070 exploitants. Ce qui illustre clairement la rareté de cette pratique.
Pour gagner du terrain au niveau mondial, les autorités togolaises ont entrepris des actions qui ont porté leurs fruits ces dernières années. L’enjeu est de répondre efficacement à la demande du marché international qui est de plus en plus forte, assurer l’autosuffisance alimentaire à l’ensemble de la population en termes de qualité et de quantité pour garantir une bonne santé aux Togolais. Le soja bio togolais, par exemple, a représenté un marché potentiel de neuf (09) milliards de francs CFA au Togo pour la campagne 2018-2019.
Lors de la même campagne, 22.123 tonnes de produits bio ont été exportés vers l’Europe. Ce qui a sacré le Togo, selon le rapport de l’Union européenne (UE), premier pays exportateur de produits bio en Afrique de l’Ouest, 5ème au classement africain dominé par l’Egypte et 31ème au classement mondial dominé par la Chine.
Ces produits constituent des devises pour la nation, des débouchés pour les petits producteurs. Ils sont synonymes d’émergence des Petites et moyennes entreprises (PME) essentiellement togolaises et d’amélioration du niveau de revenu des habitants.