Il est de notoriété publique que l’énergie est, aujourd’hui, un secteur de première importance. La guerre de l’énergie comme on pourrait l’appeler a lieu partout et en tout temps. Tous les secteurs, quels qu’ils soient, dépendent de l’accès et du coût de l’énergie pour, soit se développer, soit améliorer leurs rendements. Ainsi, des secteurs qualifiés “d’immuables” parce que dépendants de lobbys considérables, commencent aujourd’hui à modifier leurs positions : exemple en est de l’automobile qui se lance dans une course effrénée vers l’électrique.

Cependant, si ce constat paraît simple à faire, il semblerait que les économistes ne soient pas tous d’accord sur l’impact de l’énergie électrique et le développement économique d’un pays. Si certains s’accordent sur le fait que le développement économique est indissociable de l’accès à l’électricité, d’autres tempèrent le propos en indiquant une corrélation entre développement du PIB et consommation électrique, laissant entendre par là que l’accroissement des richesses serait la cause d’un besoin croissant en électricité.

Sans rentrer dans le débat philosophique de la poule et de l’oeuf, l’électrification en Afrique, et l’électrification rurale en particulier, est un enjeu majeur. Enjeu majeur pour les opportunités de développement économique (irrigation des cultures, mécanisation, création d’unités de transformation ou de conditionnement des matières) mais aussi pour les populations et leur bien être (accès à l’eau, à l’éclairage, amélioration des conditions de vie, conditions sanitaires, conditions d’éducation, ouverture sur le monde avec possibilité de recharger son portable, accès à internet, …).

Fort de ce constat, et à l’initiative de SEM Faure Gnassingbé qui est fortement attaché à l’électrification des populations togolaises, le gouvernement a mis sur pied plusieurs initiatives pour améliorer cet état.
On peut citer parmi elles la construction d’une nouvelle centrale à haut rendement énergétique à Lomé (centrale Kékéli) mais aussi d’autres projets, innovants et ambitieux comme celui que nous allons vous présenter maintenant : le projet CIZO.

Le projet CIZO :

Présentation succincte du projet :

CIZO est un mot de la langue Guin Mina, langue très parlée au Togo, qui signifie “éclairer” ou “allumer la lampe”.
Le projet est donc une initiative soutenue par les pouvoirs publics mais dont le financement reste en partie privé et qui consiste à fournir des kits solaires aux populations leur permettant de devenir autonome en énergie électrique pour un coût modique.
Chaque kit solaire permet à un ménage de brancher 5 lampes, une télévision et une radio sur une batterie 12 volts rechargée par un panneau solaire.

kit solaire CIZO de la societe BBOXX kit solaire SUNKING de SOLEVA deuxieme operateur agree pour le projet CIZO

Le financement de ces kits se fait grâce à une interface de paiement via téléphonie mobile en “PAY AS YOU GO”.
Notons que pour aider les ménages les plus pauvres et les plus vulnérables, le gouvernement togolais a mis en place un “chèque solaire CIZO” qui consiste en une subvention à hauteur de 2000 FCFA par mois pendant 3 ans.

CIZO : Historique

  • Juin 2017 : Lancement projet
  • 19 Juillet 2017 : signature de l’accord entre le Togo et la société BBOXX
  • 12 août 2017 : soutien de la Banque Africaine de Développement via son fonds SEFA pour un montant de 1 millions de dollars
  • Octobre 2017 : création de la filiale BBOXX Togo destinée à la fourniture des kits CIZO pour la première phase de opération
  • 2 décembre 2017 : cérémonie de lancement à Awagomé avec SEM Faure Gnassingbe et démarrage de la phase pilote avec le déploiement de 20 000 kits d’électrification off-grid
  • 27 octobre 2018 : acquisition de 50% des parts de BBOXX Togo par la société française EDF, indiquant par là non seulement la pertinence du projet CIZO mais également l’intérêt stratégique d’y prendre part
  • 26 septembre 2018 : Faure Gnassingbé est invité par le Président français Mr Emmanuel Macron au One planet summit de New York. Seul chef d’Etat africain invité au sommet à côté de personnalités telles que Bill Gates.
    Au sujet des efforts réalisés par le gouvernement togolais en faveur du développement des énergies renouvelables et de l’électrification rurale du pays, Madame Ségolène Royale déclare :
    “Le Togo a une politique exemplaire en matière d’électrification solaire. Sa feuille de route est claire et précise.”
  • 1er mars 2019 : le gouvernement met en place le chèque solaire CIZO pour les ménages les plus défavorisés
  • 24 avril 2019 : premiers résultats plus qu’encourageants avec 10 000 ménages connectés grâce aux kits solaires CIZO en un peu plus d’une année et lancement des projets “Communauté connectée de demain” à Sikpé-Afidégnon.
  • 17 décembre 2019 : déblocage des fonds pour le PRAVOST (volet social du projet CIZO)

ceremonie lancement cizo awagome faure essozimna gnassingbe

Axes et Objectifs du projet CIZO :

L’objectif premier du projet est bien évidemment d’augmenter le taux d’électrification rurale. Aujourd’hui les solutions off-grid semblent être une réponse à court terme pour l’accès à l’électricité des populations dans les zones reculées, situées loin du réseau classique et donc difficile à raccorder ou dont le volume de population ne permet pas un raccordement rentable (ratio coûts/bénéfices négatif). Actuellement à environ 7% en zones rurales, le projet CIZO devra permettre d’atteindre 40% d’ici 2022 soit environ 300 000 ménages supplémentaire (2 millions d’habitants).

Le Togo a une politique exemplaire en matière d’électrification solaire. Sa feuille de route est claire et précise – Ségolène Royale

Mais le projet CIZO possède également d’autres volets que l’électrification des particuliers. Le but est également de permettre un développement économique conséquent de ces zones rurales et pour cela les objectifs suivants ont été définis :

  • Equiper 3000 petites exploitations agricoles en kits solaires individuels pour faire fonctionner des systèmes d’irrigation permettant de meilleurs rendements
  • Electrifier 800 centres de santé grâce à des installations solaires photovoltaïques permettant un meilleur éclairage, l’accès à l’eau chaude et améliorant les conditions de soins
  • Equiper 1000 forages existants de pompe solaire permettant l’adduction d’eau potable aux populations
  • Installer 10 mini centrales solaires

Tout ceci sera atteint grâce à une synergie entre pouvoirs publics et distributeurs privés et, à cette fin, tous les moyens sont mis en oeuvre par le gouvernement pour concrétiser pleinement le projet en facilitant l’accès au marché pour les distributeurs privés de kits solaires (à ce jour 2 sociétés ont été agréées et participent au projet : BBOXX et SOLEVA). Le gouvernement a mis en place une plateforme nationale destinée à agréger les fonctionnalités de paiement des services par téléphone portable. Cette solution est réutilisable par les acteurs du projet CIZO (fournisseurs ou collecteurs de paiement mobile). Des centres de formations spécialisés en énergie solaire seront créés dans les 5 grandes régions du Togo avec pour but de recruter et former 50 formateurs et 3000 techniciens. A côté de cela, 3000 agents bancaires seront recrutés et formés. Enfin, une plateforme de collecte des données pour des besoin de statistiques nationales en matière d’électrification est créée (besoin des populations, usages et volumes de consommations…).