A l’heure du multilatéralisme et d’une économie ultra mondialiste, il est plus qu’essentiel pour notre pays de ne pas rester centrer sur soi-même. De plus, les très bons résultats obtenus après avoir, courageusement, mené les réformes qui s’imposaient pour élever l’aura du Togo sur la scène internationale, doivent nous encourager à voir encore plus loin, et à viser encore plus haut. C’est ce que le gouvernement entreprend aujourd’hui en créant une nouvelle réforme concernant la politique nationale de qualité de nos produits et services.

La réforme de Politique Nationale de Qualité, un besoin évident

Pour pénétrer les marchés des pays développés, nos producteurs subissent, chaque jour, des pressions de plus en plus vives de la part des importateurs afin de se conformer aux diverses normes nationales et internationales.

Posséder une infrastructure qualité nationale qui nous permet de comprendre la nature et la teneur des normes qualité en vigueur, nous permet de mettre en place les process et les mesures qui s’imposent pour les respecter devient, non seulement une évidence, mais une condition sine qua non pour le développement de notre économie.

C’est ce que Son Excellence Monsieur Faure Gnassingbé a souhaité et ce que son gouvernement a voté dans le nouveau décret qui approuve la mise en oeuvre de cette nouvelle politique nationale de qualité.

Qu’est-ce qu’une démarche qualité ? Quels en sont les résultats ?

Dans une économie de marché libérale, la concurrence est bénéfique. En effet, elle pousse à constamment innover, s’améliorer et fournir les meilleurs produits/services au client au meilleur prix possible.

Comme disait Henry Ford :

« Le concurrent le plus redoutable est celui qui ne se préoccupe jamais de vous, mais qui améliore sans cesse sa propre affaire. »

La démarche qualité est donc un processus qui a pour objectif de sans cesse améliorer son fonctionnement et son savoir faire. La stratégie consiste donc à s’orienter en fonction des attentes du client.

De nombreuses études montrent qu’une entreprise mettant en oeuvre une démarche qualité voit sa croissance augmenter de 2 à 5% par rapport aux concurrents qui ne le font pas.

Premier objectif : harmoniser le marché national togolais

Cette nouvelle réforme va permettre d’établir un document de référence pour tous les acteurs (organismes, label, producteurs, importateurs) de l’économie ainsi qu’un système national de métrologie efficace et efficiente. Ainsi, il sera possible de garantir la qualité des produits et services, qu’ils soient produits sur le territoire national ou importé depuis l’étranger.
Les différentes régions et sous régions également devront s’aligner sur ces nouvelles normes et références.

Cela nous permettra de bâtir une économie forte en protégeant le consommateur et l’environnement.

Deuxième objectif : faire connaître le Togo à l’international

Nous le savons, certains de nos produits sont déjà de très grande qualité et sont connus pour cela. On trouve du cacao Togolais jusque dans les magasins parisiens.

Mais malheureusement, ce sont des exceptions car si d’autres producteurs ont la chance d’avoir la même qualité, ils n’ont pas encore les certifications qui leur permettraient de pénétrer ces marchés.

C’est tout l’enjeu de ce Document de Politique Nationale de Qualité (PNQ) qui est d’harmoniser les différentes productions togolaise pour permettre à tous et à toutes de saisir l’opportunité d’un développement à l’international.

Il y a fort à parier que cette nouvelle réforme va permettre à l’économie togolaise de poursuivre sa formidable expansion sur la scène internationale.