Bonne nouvelle pour le Togo : la Banque africaine de développement (BAD) vient de débloquer la somme de 782 millions de francs CFA afin de mettre en œuvre le Projet d’appui aux investissements agricoles des jeunes, PAIAJ. Plus d’infos sur le sujet dans la suite de cet article.

« Faciliter l’inclusion économico-sociale »

Projet cher au président Gnassingbé Faure, le développement de l’agriculture du Togo avec en question sous jacente l’autonomie alimentaire des togolais et la réduction du déficit commercial (les denrées alimentaires faisant partie des produits les plus importés et ce depuis des années) franchit désormais une nouvelle étape grâce à ce crédit de la BAD. Le ministre togolais de l’économie et des finances, Sani Yaya, souligne que cette initiative, qui s’étalera sur une durée de deux ans, « vise à terme à renforcer les capacités des jeunes défavorisés, pour faciliter leur inclusion dans le tissu économique et social de notre pays ». Dans le détail, le Projet d’appui aux investissements agricoles des jeunes a pour objectif de faciliter l’insertion d’environ 620 jeunes hommes et femmes défavorisés (ces dernières représentent le tiers des travailleurs dans les maillons des chaînes de valeurs agricoles). Il vise également à permettre l’accès au financement à 530 entreprises des jeunes défavorisés, appuyés par l’accompagnement financier de leurs entreprises (dont 30% de femmes).

Signature d’accords entre le ministre togolais et la BAD

L’appui financier de la BAD a fait l’objet, jeudi 6 août, d’une signature d’accords entre le représentant de cette dernière au Togo, et le ministre de l’économie et des finances du pays. Cette signature a également couvert l’apport budgétaire de l’institution multilatérale panafricaine, estimé à environ 16,5 milliards de francs CFA, dans le cadre du Programme d’Urgence d’Appui à la Réponse à la Covid-19 (PARCOVID-19), annoncé il y a peu par la BAD.

En plus de ces deux projets, le ministre togolais Sani Yaya a rappelé que l’accompagnement de la BAD ne se limitera pas à l’agriculture, et s’étendra à d’autres secteurs structurants, à travers le financement des projets phares du PND. Il s’agit, notamment, des secteurs de la gouvernance, des finances publiques, du social, de l’énergie…

Rappelons enfin qu’à ce jour, le portefeuille de la Banque du Togo va au-delà de 300 milliards de francs CFA.