Oragroup et la BOAD, les co-arrangeurs dans le cadre de la mobilisation d’actifs, ont annoncé le closing pour le financement du projet de la centrale thermique Kékéli Efficient Power au Togo, à hauteur d’environ 60 milliards de francs CFA. Plus d’infos sur le sujet dans la suite de cet article.

Un projet d’envergure pour l’électrification du Togo 

Ferdinand Ngon Kemoum, directeur général du groupe Orabank basé à Lomé, n’a pas manqué de se féliciter pour ce closing financier : « le groupe Orabank est fier d’avoir contribué à la structuration et au financement d’un tel projet d’envergure qui s’inscrit dans la stratégie d’électrification du Togo qui vise un accès pour tous à l’électricité à l’horizon 2030. Cette fierté est d’autant plus grande que c’est la première fois dans la région qu’un tel financement est réalisé par des institutions financières africaines dans une proportion aussi grande en Francs CFA (70%)… ».

Même son de cloche du côté de la BOAD, également basée à Lomé. Selon son président, Christian Adovelande, il ne s’agit pas seulement de continuer à appuyer le secteur de l’énergie dans l’Uemoa, mais aussi de montrer « sa capacité à fédérer les banques commerciales locales autour de projets d’infrastructures stratégiques, notamment dans le cadre de partenariats publics-privés ».

centrale kekeli efficient power

Plusieurs institutions financières impliquées dans le projet 

Cette opération de grande envergure a connu la participation de plusieurs institutions financières. Il s’agit, notamment de la filiale togolaise d’Oragroup, qui intervient dans le projet également en tant qu’agent des sûretés, banque teneur de compte et prêteur, en partenariat avec la Banque Ouest Africaine de Développement. Notons que ces deux groupes agissent au sein d’un pool bancaire, qui inclut aussi l’AFC (Africa Finance Corporation), la Banque Atlantique Togo, la Banque Internationale pour l’Afrique au Togo (BIA Togo) et NSIA Banque Bénin.

Par ailleurs, c’est le fonds GuarantCo qui a octroyé une garantie d’extension de liquidité aux banques commerciales, et le marocain Attijariwafa Bank qui a joué le rôle d’agent de crédit du financement. Rappelons enfin que le projet de la Centrale est développé par le groupe industriel panafricain Eranove, et que l’infrastructure sera dotée d’une puissance installée de 65 MW.