Olam, le célèbre groupe singapourien, prend le contrôle de la NSCT (Nouvelle société cotonnière du Togo), via l’acquisition de 51% des parts de la société moyennant un coût de 15,3 millions d’euros, soit environ 10 milliards FCFA. Plus d’infos sur le sujet dans la suite de cet article.

Finaliser le processus de privatisation

L’opération de prise de contrôle de la NSCT par Olam devrait finaliser un processus de privatisation enclenché il y a quelques mois. Elle vient d’être conclue par un accord d’achat d’actions entre Olam, l’Etat togolais, et la Fédération nationale des groupements de producteurs de coton au pays. Au terme du processus de privatisation, qui devrait par ailleurs être achevé en décembre 2020, l’Etat et la Fédération des cotonculteurs détiendront respectivement 24 et 25% de la NSCT.

Améliorer la productivité et les revenus des paysans

En prenant le contrôle de la NSCT, le groupe singapourien Olam sera à la tête d’une entreprise dont le bilan est jugé excellent. En témoigne le fonds de roulement de la société cotonnière, arrêté à environ 19,1 millions d’euros, selon Olam. En prenant les rênes de l’entreprise togolaise, le groupe Olam aura pour mission d’augmenter la production du coton, de transformer la fibre sur place, mais aussi d’améliorer la productivité et les revenus des paysans.

Notons que ces dernières années, la production cotonnière a connu un bond de plus de 400%, en grande partie grâce à la NSCT. Cela dit, elle est encore bien loin des objectifs de 200 000 tonnes à l’horizon 2022. Rappelons enfin que le bilan de la campagne écoulée ait déficitaire, avec une production annuelle en baisse de 15%, passant de 137 000 tonnes en 2018 – 2019, à seulement 116 000 tonnes en 2019 – 2020.