Ancien flambeau de l’industrie textile togolaise, la première usine de fabrication des pagnes à base de coton au Togo, Togotex international S.A de Datcha sera bientôt sauvée grâce au Plan National de Développement (PND 2018-2022) du gouvernement Gnassingbé. Fermée depuis 2001, l’idée de sa réhabilitation s’inscrit dans le cadre de la volonté du gouvernement de développer les pôles de transformation agricole, manufacturiers et d’industries extractives dans le pays, conformément à l’axe 2 du PND. Plusieurs industries bénéficieront aussi du même traitement et il faut dire que la rénovation de cette usine ne fera que rehausser l’image du Togo.

Textile à Datcha, Une marque 100% togolaise

Très célèbre dans la sous-région, l’usine faisait la fierté des togolais. C’était une usine de référence dans la fabrication de pagnes à base de coton, t-shirts, bonnets, draps frottés, pyjamas, serviettes … Construite en 1961 par les allemands suite à la demande du gouvernement togolais, elle fut installée dans la Région des Plateaux qui est la principale zone productrice de coton du pays. On choisit notamment la plaine située à côté du village de Datcha, à 150 km au Nord de Lomé et à 11 km d’Atakpamé. Véritable étoffe de l’industrie textile togolaise, elle employait plus de 1500 ouvriers.

Des difficultés dans la gestion

Les bonnes performances de l’usine n’ont malheureusement pas pu empêcher sa fermeture. L’activité exigeait une grande quantité de main d’œuvre bon marché et de l’énergie. Or, au fils des années, les coûts de l’une et autre ont augmenté. Les revenus générés servaient plutôt à couvrir les charges sans être réinvestis. Des dettes de plus de 7 milliards s’étaient accumulées et la société dûe fermée en 1980.

Plusieurs tentatives de relance

Malgré sa dissolution en 1981 ; l’usine était toujours là, avec ses ouvriers et ses cadres. Certes elle ne possédait plus de statut juridique, mais l’outillage de travail était toujours en état de marche. Des particuliers tel que Nana Benz (les célèbres revendeuses de tissue de Lomé) ont tenté de faire tourner l’activité mais sans grand succès. De manière informelle, l’usine pu fonctionner encore quelques années avant d’être reprise par un industriel coréen puis un investisseur chinois. Hélas, aucun ne réussit à relancer l’activité qui cessa définitivement en 2001.

Des possibilités pour une reprise des travaux

Beaucoup d’anciens employés ont gardé espoir que l’usine rouvrira ses portes et que l’activité reprendra. A cause de conditions de vie difficiles dans le pays, très peu ont pu retrouver un travail décent. Ils vivent de petits métiers comme l’agriculture ou le petit commerce … Les populations locales et surtout les anciens employés ont exprimé à plusieurs reprises leur volonté que l’Etat réouvre l’usine.

La réhabilitation du complexe servirait énormément à la population de localité de Datcha et à l’économie togolaise en général. Grand pourvoyeur d’emplois, sa remise en état et son utilisation permettront de réduire le taux de sous emplois dans la région et d’améliorer la situation économique du pays. De plus, le Togo pourra récupérer son statut et réaffirmer sa place dans la sous-région.