Alors qu’il est plus qu’essentiel que les togolais aient une vision positive de leur pays, force est de constater que la plupart des observateurs étrangers font consensus sur la nette amélioration du pays en terme d’attractivité et de développements.

C’est d’ailleurs un des axes défendus par le candidat Faure Gnassingbé alors que le pays vit les derniers jours de la campagne présidentielle : assainissement du cadre des finances publiques, maîtrise de la dette publique, indicateurs macro économiques au beau fixe et afflux massif d’investissements étrangers permettant d’atteindre la prospérité au Togo. Retour sur ces bons résultats :

Un gain de 5 places dans le classement des pays où il fait bon investir en Afrique

Le rapport Rand Merchant Bank compile les données de 54 pays d’Afrique et les classe en fonction des opportunités et facilités d’affaires. Notons que le Togo était classé en 2018 à la 40ème place et qu’un pays sur trois enregistre cette année une régression.

Au contraire de cette tendance baissière, le Togo se permet, en bon performeur et pays réformateur, de gagner 5 places et se positionner au dessus de nos voisins ouest africains que sont la Guinée Bissau, la Sierra Léone et le Liberia.

Sans surprise, Egypte, Maroc, Afrique du Sud, Kenya, Rwanda, Ghana, Côte d’Ivoire,  Nigeria, Ethiopie et Tunisie trustent les 10 premières places du classement.

Cet indicateur Rand Merchant Bank est-il fiable ?

Rand Merchant Bank est une banque d’investissement Sud Africaine. Leader dans le secteur des portefeuilles d’affaires et financiers sur le continent Africain, ce rapport est à destination de leurs clients et recoupe plusieurs autres indicateurs : le classement Doing Business de la Banque Mondiale, l’Index de perception de la corruption de Transparency International, l’Indice de liberté économique de la Fondation Heritage, le rapport sur la compétitivité mondiale du Forum Economique mondial.

Rand Merchant Bank est fermement convaincue que l’Afrique est un vaste territoire propice à de nombreuses opportunités d’affaires malgré les grands défis auxquels elle est confrontée. Leur ligne directrice est qu’il est nécessaire de débloquer ce potentiel africain par le biais de partenariats qui pourront transformer ces défis en opportunités fructueuses pour chacun.

Les signes que cette attractivité togolaise est bien réelle

Pour se convaincre de cette attractivité, il suffit seulement d’énumérer les différents projets en cours sur le territoire togolais (liste non exhaustive) : centrale gaz vapeur Kékéli (64 milliards FCFA), centrale solaire photovoltaïque de Blitta (plus gros projet solaire d’Afrique de l’Ouest, 21 milliards FCFA, soutenu par Khalifa Fund), projet CIZO Togo (975 K$), filière de transformation du phosphate avec Dangote (2 milliards de $), augmentation de la capacité du Port de Lomé (TIL/MSC à hauteur de 500 millions d’euros)…

Le récent classement Doing Business et un climat des affaires… à faire des envieux

1er pays réformateur d’Afrique, 3ème pays réformateur au monde, on se souvient du récent très bon classement de notre pays dans le Doing Business de la Banque Mondiale.

Cet excellent résultat, on le doit à la Cellule Climat des Affaires et à une administration et un gouvernement togolais à pied d’oeuvre pour améliorer les services publics et créer des conditions propices à l’entreprenariat, à récompenser le fruit du travail et à attirer les investisseur. C’est également ce que confirme le rapport du FDI Intelligence de Financial Times en classant le Togo comme premier pays attracteurs d’investissements directs étranger. Le Rand Merchant Bank vient donc confirmer les rapports précédents et renforcer la place du Togo aux yeux des investisseurs étrangers.