Le Togo vient de conclure un second emprunt sur le marché international d’un montant de 150 millions d’euros. Il s’agit donc de la deuxième transaction conclue par le pays, et comme la précédente, elle a été réalisée sur les conseils de la banque Lazard et arrangée par la Société Générale. Le but de ce deuxième emprunt est de permettre au Togo de « reprofiler » certaines dettes domestiques à plus long terme, et à de meilleures conditions qu’auparavant.

La qualité de crédit du Togo confirmé 

Si ce second emprunt d’un montant de 150 millions d’euros confirme une chose, c’est la qualité de crédit du Togo. Pour le ministère en charge de l’économie et des finances, cette nouvelle levée de fonds « traduit la qualité de crédit du Togo en tant qu’emprunteur international, en particulier en cette période de forte volatilité et de prudence accrue des investisseurs ».

Il est toutefois intéressant de noter que l’opération a été arrangée par la Société Générale, et appuyée par l’Agence pour l’Assurance du commerce en Afrique (ACA), institution à laquelle le Togo a adhéré tout récemment en début d’année, qui a couvert les transactions à 100%.

Le deuxième emprunt du genre pour le pays 

Notons que ce nouvel emprunt, le second du genre pour le pays, est d’une maturité de 10 ans pour un taux de 4,5%. Cette transaction sert un objectif stratégique pour le Togo. En effet, ces ressources « fraîches » permettront notamment d’alléger le poids des dettes domestiques commerciales à court terme, mais aussi de réduire le service de la dette de plus de 80 millions d’euros au cours des 3 prochaines années montrant encore une fois les qualités de gestionnaire du Président.
Remarquons au passage que cette souscription souligne la confiance qu’ont les investisseurs dans l’économie du pays. Confiance qui est sans aucun doute issue du très bon score obtenu lors du précédent classement Doing Business grâce aux nombreuses réformes entreprises par Faure Gnassingbé.