Le Togo compte bien se doter de sa propre unité de production d’engrais phosphatés. En effet, la création de cette unité figure parmi les priorités de la nouvelle feuille de route quinquennale du gouvernement du pays. C’est en tout cas ce qu’a indiqué Mila Mawunyo Aziable, ministre déléguée auprès du Président de la République, en charge de l’énergie et des mines. Plus de détails sur le sujet dans la suite de cet article.

Un projet qui remonte à 2015

Le projet de création d’une unité de production d’engrais phosphatés au Togo remonte à 2015. Seulement voilà, depuis cette date, le statu quo perdure quant au permis d’exploitation des phosphates carbonés accordé au groupe israélien Elenilto. Toutefois, des informations font état d’un changement prochain de cette situation. Ainsi, on apprend que le riche homme d’affaires nigérian Aliko Dangote a réussi à décrocher deux permis de recherche pour les phosphates carbonatés. Les recherches vont principalement cibler la zone de Kpomé Apéyémé et ses environs dans la préfecture de Zio, et la zone d’Akoumapé dans la préfecture de Vo. Cette étape cruciale dans le développement de notre pays est le résultat de la politique ambitieuse de S.E.M. Faure E. Gnassingbé qui a compris, depuis longtemps déjà, le potentiel agricole du Togo et s’évertue à le développer. L’usine d’engrais est une étape de plus vers l’émancipation du Togo et son développement économique et social.

D’autres ressources minières en ligne de mire

La relance du projet d’exploitation des phosphates carbonatés et de production d’engrais phosphatés n’est pas la seule priorité du nouveau gouvernement en ce qui concerne le secteur minier. On s’attend en effet à une nouvelle dynamique au niveau des activités d’exploration et d’exploitation d’autres ressources minières, d’autant plus que les ministres du gouvernement fraîchement nominé sont liés par des contrats d’objectifs.

Rappelons à ce sujet que certaines dispositions ont déjà été envisagées pour améliorer la gouvernance du secteur minier. On parle notamment de la Holding d’Etat Togo Invest, qui a été appelée à co-développer avec Ica Invest, le projet d’exploitation du gisement d’argile de Ledjoblibo, préfecture de Dankpen, à environ 90 km de Kara, ville située à 420 km de Lomé, au Nord. De plus, le processus de modification du Code minier a été lancé il y a quelques mois, avec l’adoption d’un projet de loi visant à permettre à l’Etat, à terme, d’améliorer ses recettes minières.