La construction des agropoles permettrait au Togo de faire valoir son secteur agricole, qui emploie au moins 60% des togolais. En effet, dans le but de développer son industrie agroalimentaire, le pays a mis en place un projet pilote d’agropole intitulé « pôle de croissance agricole ». Et pour augmenter ses chances de réussite, des fonds ont été mobilisés pour aider les agriculteurs, afin d’accentuer la compétitivité du secteur et d’assurer la sécurité alimentaire au Togo.

Un budget de 38 milliards de francs CFA a été débloqué pour la phase pilote mise en œuvre à Kara. L’objectif étant de développer 10 agropoles d’ici 2030 et d’établir 2 projets à l’horizon 2023.

Quelle est la valeur ajoutée ?

Les populations des régions des Savanes, Kara, Centrale et Plateaux sont exclusivement agricoles. Grâce au soutien et au mécanisme incitatif de financement agricole togolais fondé sur le partage des risques (Mifa SA), leur qualité de vie s’est grandement améliorée ces dernières années et le secteur agricole au Togo s’est bien développé.

Il convient de rappeler que la construction des agropoles sera d’une grande aide pour ces régions, leur permettant de faire face aux caprices de la nature, spécialement en période de sécheresse. Dans ce sens, la construction de quelques infrastructures logistiques est prévue pour faciliter la mise en place de parcs agro-industriels (électrification, eaux, télécommunication).

Somme toute, il s’ensuit que les agropoles contribueraient à bien des égards à réduire la pauvreté en milieu rural, de plus de 15% d’ici 2025 (soit de 68.7% à 53.7%), et à la création de plus de 24 837 d’emplois, dont près de 40% sont destinés aux femmes.

Et ce n’est pas tout ! Selon le ministère de l’Agriculture, de la Production animale et halieutique, cette initiative réduira considérablement le déficit de la balance agricole.