Plus de 37 000 tonnes de poissons capturées de 2018 à 2019 au Togo ! Ce sont là les chiffres de la production halieutique au pays, révélés par les statistiques de la Direction de la Pêche et de l’Aquaculture (DPA) et rapportés par le portail officiel de la république togolaise. Plus d’infos sur le sujet dans la suite de cet article.

Le port de pêche de Lomé principal producteur

La production halieutique au Togo est principalement portée par le port de pêche de Lomé, à hauteur de 17 260 et 17 534 tonnes respectivement en 2018 et 2019. Proportionnellement, cela représente près de 95% de la production halieutique totale en 2018, qui a atteint 18 142 tonnes, et 92% de celle de 2019, qui s’est élevée à 18 960 tonnes. Cela ne fait que marquer l’importance vitale du port de Lomé dans le secteur halieutique togolais. Le reste de la production provient des sites de pêche de Kodjoviakopé (frontière Togo Ghana), de Payédémé (frontière Togo Bénin) et le Lac Nangbéto.

Notons toutefois que les chiffres de 2018 et 2019 sont en baisse par rapport à la moyenne annuelle de 20 000 tonnes enregistrée les années précédentes. Cette baisse relative est due principalement à la surexploitation des bancs de poisson, et la forte concurrence des pêcheurs des pays voisins. La réaction des autorités togolaises a pris la forme de nouvelles politiques visant à booster le secteur. L’objectif, à terme, est d’améliorer le rendement halieutique à l’intérieur, notamment à travers l’instauration systématique du repos biologique, ainsi que le déploiement du plan de gestion des pêcheries. Rappelons enfin que le secteur de la pêche au Togo emploie plus de 20 000 personnes et contribue à environ 4,5% du PIB du pays.