Généralement, dans beaucoup de pays africains, les villes urbaines (où se concentre habituellement le pouvoir central) sont nettement développées au détriment des villes secondaires. Même constat au Togo où la capitale fait de l’ombre aux autres villes à l’intérieur du pays. Or, on ne peut parler de développement social inclusif sans prendre en compte toutes les régions, villes ou localités du pays. Ce qui a motivé le Togo à adopter, entre autres stratégies, le Projet d’appui à la décentralisation (Pad) en 2014.

Depuis 2012, grâce aux phases 1 et 2 du Projet d’appui à la décentralisation, la banque publique d’Allemagne (KfW) a consacré plus de trente et un (31) milliards de francs CFA au processus de décentralisation au Togo. La première phase du projet a pris en compte trois (03) communes notamment Kpalimé, Tsévié et Sokodé en 2014. La seconde phase démarrée en 2017 a permis d’élargir la liste des villes en intégrant Dapaong, Kara, Sotouboua, Atakpamé et Aného avec un montant d’environ treize (13) milliards de francs CFA accordés par la coopération financière allemande. Principalement, il est question de renforcer les villes secondaires ciblées afin qu’elles deviennent des pôles de croissance régionaux grâce aux circuits économiques, à l’utilisation pérenne des infrastructures fournies ou réhabilitées, à l’amélioration de la gouvernance locale ; ce qui contribuera à l’amélioration des conditions de vie des populations.
En septembre 2019, les autorités togolaises et une délégation allemande ont signé un accord de financement qui rentre dans le cadre de la troisième phase du Pad. Cet accord est évalué à hauteur de cinq (05) milliards de francs CFA qui serviront à construire des mairies dans les nouvelles communes du Togo, ce qui va mettre à la disposition du pays un cadre adéquat pour améliorer la prestation de services aux citoyens.
Néanmoins, quelques efforts restent à faire pour une décentralisation réussie notamment la formation des élus locaux et le renforcement des services techniques déconcentrés pour mieux accompagner les communes ; le renforcement de la participation citoyenne et féminine ; la mise en place de la pyramide juridique et institutionnelle afin de transférer des compétences et des ressources aux communes ; l’amélioration du financement des collectivités territoriales avec l’opérationnalisation du Fonds d’appui aux collectivités territoriales (FACT) etc.
Le Pad est articulé autour de trois (03) principales composantes : la construction et la réhabilitation des infrastructures économiques ; le renforcement des capacités des administrations communales en maitrise d’ouvrage ; la création et l’animation d’un système innovant de suivi-évaluation pour la participation citoyenne.