Le gouvernement togolais exhorte à nouveau les banques du pays à accorder plus de financements au secteur agricole. Aujourd’hui, les banques n’accordent que 0,2% de leurs crédits à ce secteur vital de l’économie du Togo. Leur argument principal est le suivant : les banques reconnaissent qu’elles ne maîtrisent pas assez bien les paramètres de ce secteur. Un secteur qui pèse pourtant 23% du PIB et emploie 38% de la population active du pays.

Agriculture : un secteur sous-financé par les banques

La situation est quelque peu paradoxale. Alors que l’agriculture est le secteur le plus important de l’économie du Togo, les banques ne font pas assez pour accompagner son développement en accordant assez de crédits. C’est la raison pour laquelle les responsables des établissements de crédits ont été invités par le gouvernement togolais, une nouvelle fois, à financer davantage le secteur agricole. L’objectif est d’en faire un des fers de lance de la relance économique nationale.
Le secrétaire général du ministère des finances, Badanam Patoki, a déclaré à ce propos : « le secteur est sous-financé, malgré son importance dans le tissu économique, et les actions initiées par le gouvernement ». M. Patoki a aussi rappelé les derniers chiffres qui prouvent le faible apport de financement : « en 2019, seulement 0,2% du total des crédits bancaires a été accordé à ce secteur, pourtant il emploie 38% de la population active et contribue à 23% à la richesse totale créée dans le pays ».

Les banquiers se défendent

Les établissements bancaires invoquent de nombreuses raisons qui, selon eux, les empêchent de s’impliquer davantage dans le financement du secteur agricole. Les banques citent la méconnaissance du secteur et le manque de maîtrise de nombreux paramètres comme raison principale de leur faible implication en agriculture. De plus, elles disent que la rentabilité est mal évaluée dans la plupart des cas en raison de l’absence de professionnalisation des acteurs agricoles. Cela dit, les banques affirment que des dispositions seront prises afin de résoudre ces problèmes.