Le Togo a une population fortement agricole, c’est ce qui explique que ce secteur soit le poumon de l’économie. Avec le soutien du gouvernement  de SEM Faure Gnassingbé et des partenaires techniques et financiers, les acteurs s’impliquent à optimiser les rendements agricoles pour assurer l’autosuffisance alimentaire et plusieurs projets sont mis en œuvre pour redynamiser ce maillon essentiel.

La réhabilitation de 05 retenues d’eau dans la région des Savanes pour améliorer la production maraichère et l’élevage, la transformation du Mécanisme incitatif de financement agricole (Mifa) en société anonyme sur la base des résultats concluants enregistrés après 06 mois de phase pilote, la création des chaînes de valeur agricole, le projet de développement rural de la plaine de Djagblé réalisé à une échelle de 32%, l’augmentation de l’accès des populations locales à l’eau potable et la promotion de la production rizicole et maraichère constituent entre autres les réalisations effectuées dans le secteur au cours de ces derniers mois.

Le développement de l’agriculture au Togo se base sur d’énormes investissements de la part de l’Etat et des partenaires. Ainsi, la Banque togolaise pour le commerce et l’industrie (BTCI) qui a engagé 05 milliards de francs CFA pour le Mifa SA. Par ailleurs, le Mifa, la BTCI et le Saoudien KFB ont signé il y a quelques mois une convention garantissant un fonds de 06 milliards de francs CFA placé sous la supervision du Mifa. Ce fonds sera investi dans l’achat de 300 mini-tracteurs pour la création des sociétés de service de mécanisation.

Avec son e-Agribusiness, le Togo compte se positionner comme un important pôle de promotion de l’agro-tech dans la sous-région ouest-africaine. En outre, sur initiative du ministère de l’Agriculture, l’opération de levée de fonds Telefood 2019, en marge de la Journée mondiale de l’alimentation, avait pour but de récolter des fonds destinés à la création de 1 000 entreprises agricoles pour les jeunes et les femmes, avec un objectif de 800 millions francs CFA.

Des jeunes entrepreneurs agricoles et des PME/PMI bénéficient d’un fonds à hauteur de 15 millions de dollars à la faveur d’un accord entre le Togo et le Fonds Khalifa pour le développement des entreprises. Un financement a été débloqué afin de soutenir les acteurs œuvrant dans les filières du maïs, du riz fluvial et du coton. Dans son axe 2 consacré au secteur agricole, le Plan national du développement (PND 2018-2022) vise à renforcer les cultures de contre-saison, optimiser la transformation et la commercialisation des produits agricoles et agroalimentaires et instaurer des labels de qualité afin de tripler les rendements et les revenus des petits producteurs d’ici 2025.

Ces défis ne pourront être relevés sans la mise en œuvre d’une série d’actions incluant la promotion et la valorisation des produits agricoles locaux ; l’accès facile des acteurs des chaînes de valeur agricole au financement, à l’assurance maladie et à la protection sociale ; la mécanisation agricole et les aménagements hydro-agricoles ; la promotion de l’agriculture biologique ; le développement de la production animale et halieutique ; l’assurance agricole et la refonte du système de formation agricole axée sur les besoins des chaines de valeur agricole et orientée agrobusiness.