L’AFD et le Togo viennent de signer une convention portant sur la construction des infrastructures d’assainissement et d’approvisionnement en eau potable au Togo dans les régions des Savanes et de la Kara. Cette nouvelle convention est d’une valeur de 10 millions d’euros, et concernera 600 forages qui seront construits ou réhabilités, en plus de 200 latrines communautaires. Plus d’informations sur le sujet dans la suite de cet article.

Un don d’un montant exceptionnel de 10 millions d’euros

Nous vous le disions, le Togo vient de bénéficier d’un don de 10 millions d’euros, soit l’équivalent de 6,5 milliards FCFA, pour réaliser des infrastructures d’approvisionnement en eau potable. Cet appui de l’agence française de développement entre dans le cadre du Projet d’amélioration des conditions sanitaires en milieu scolaire et rural (PASCOO2). Cette facilité qui bénéficiera principalement aux régions des Savanes et de la Kara, a fait l’objet d’une signature de convention de financement le jeudi 16 juillet 2020 entre le Togo et le partenaire français, à travers son agence de développement, l’AFD.

Lors de cette signature de convention, le Togo était représenté par son ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya, qui avait pour vis-à-vis l’ambassadeur de France au Togo.

Un projet ambitieux

Selon le ministre togolais de l’Economie et des Finances, ce projet consiste, dans le détail, « à réaliser 400 nouveaux forages équipés de pompes à motricité humaine, réhabiliter 200 forages existants et construire 200 latrines communautaires ». Sani Yaya rappelle également que ce financement contribue ainsi « à la mise en œuvre des priorités du Plan national de développement (PND 2018 – 2022) dans son axe 3 portant justement sur la consolidation du développement social et le renforcement des mécanismes d’inclusion ».

Rappelons enfin que le PASCOO, qui n’en est pas à ses débuts, a déjà permis de construire dans la région des Savanes 344 nouveaux forages équipés de pompes à motricité humaine, de réhabiliter 136 forages en panne et de construire 100 latrines communautaires.