L’aviculture est en plein essor au Togo. Le pays enregistre une croissance exponentielle du nombre de tête de volailles. Loin d’elles l’idée de baisser les bras, les autorités continuent de redoubler d’efforts pour maintenir la tendance, faire de la filière avicole un secteur porteur de richesses et générateur d’emplois. Déjà, elle compte plus de 15.000 acteurs. Selon les estimations du ministère de l’Agriculture, de la Production animale et halieutique, la filière avicole est susceptible de créer au moins 150.000 emplois décents et de générer plusieurs milliards de francs CFA de chiffres d’affaires au cours des 05 prochaines années.

Pour y arriver, les autorités misent sur une distribution suffisante de la volaille locale. Si les importateurs arrivent à faire confiance aux produits locaux, la filière agricole peut connaître une progression en flèche. Ce qui justifie la prise de position catégorique du ministère de la Production animale sur l’importation des produits carnés.

Valorisation de la production locale

Désormais, les importateurs et distributeurs de la filière avicole ne pourront plus importer (et ceci afin de favoriser les produits locaux) les produits avicoles sauf autorisation signée par le ministre en charge du secteur. Des instructions formelles ont été données dans ce sens aux services de douanes. Les acteurs concernés doivent prendre toutes les mesures urgentes, à travers des contrats clairs et précis, pour l’enlèvement immédiat des volailles en souffrance et pour la fourniture régulière de volailles locales.

Hausse de la croissance économique

Cette nouvelle mesure adoptée au Togo va insuffler un nouvel élan à la filière avicole en particulier et à tout le secteur agricole en général. Elle va augmenter la production locale et favoriser la création d’emplois dans les abattoirs, pour les éleveurs, les producteurs de maïs et soja. Aussi, ne sont pas exclus les fournisseurs de matières premières.

En conclusion, il paraît évident que ces actions vont permettre la promotion et la valorisation des produits agroalimentaires locaux et ce faisant contribuer significativement à la hausse de la croissance économique. Cette politique que le gouvernement actuel promeut depuis quelques années pourrait bien sauver la filière avicole togolaise. La production avicole, faut-il le rappeler, a connu une belle performance entre 2011 et 2017, passant de 08 à plus de 25 millions de têtes.