Malgré tous les efforts déployés par le pays, notamment en matière de soutien et d’accompagnement des couches sociales les plus défavorisées, les mesures prises pour contrer le coronavirus ont affecté environ 62% des emplois au Togo. Cela fait écho à un impact global du Covid-19 sur la plupart des pays du globe. Plus de détails sur le sujet dans la suite de cet article.

Baisse de production et des ventes dans de nombreux secteurs

A l’instar de la grande majorité des pays du monde, le Togo voit la prolongation de la crise sanitaire du coronavirus affecter les emplois au pays. Rien de plus normal dans ce contexte si particulier que traverse la planète. C’est ce qui ressort d’un récent rapport de la Banque Mondiale (BM) qui pointe du doigt une baisse de la production et des ventes dans de nombreux secteurs.

Dans son étude, l’institution de Bretton Woods relève que le secteur des services est le plus affecté, avec 49% des emplois. Les 13% restants sont partagés entre les secteurs industriels, du commerce de détail, la construction et le tourisme. Naturellement, le secteur des services fait qu’il est le plus affecté en cas de crise ou de catastrophe, en raison de sa volatilité.

Les statistiques et conclusions partagées par la Banque Mondiale font écho à celles partagées par la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest. En effet, cette dernière a noté que le secteur tertiaire était le plus affecté par la crise sanitaire de Covid-19 dans l’espace Uemoa. Pour un pays comme le Togo, dont l’économie est principalement tertiaire, cela représente un vrai défi. En effet, au Togo, le secteur des services est toujours le principal moteur de la croissance de l’économie. Celui-ci est tiré, entre autres, par le trafic portuaire et aéroportuaire qui, eux aussi, sont très affectés par la pandémie.

Des allègements fiscaux pour minimiser l’impact de la crise sanitaire

Afin de faire face aux retombées négatives de la crise sanitaire de Covid-19, notamment en matière d’emplois, le gouvernement togolais a mis en place la semaine dernière un mécanisme d’allègements fiscaux, particulièrement dans les secteurs les plus touchés par la baisse d’activité due au coronavirus. L’objectif est de venir en aide à ces secteurs afin de leur permettre de sortir indemnes de la crise.