Le village de Kolo-Missahomé, localité située à 15 km au nord-est d’Agou-Gare, a connu le lancement des activités de production de champignons biologiques comestibles, de miel et de cultures maraîchères, mises en place quelques mois plus tôt pour garantir l’autonomisation des femmes et favoriser l’éducation et l’éveil des enfants. Eclairage.

Autonomisation des femmes, éducation et cantine scolaire

Commençons par souligner que ces activités, initiées par la coordination du Projet femmes et cantines en faveur des femmes et élèves du village de Kolo-Missahomé dans le cadre de la mise en œuvre du projet femmes et cantine, ont reçu le soutien financier du Rotary Club Lomé Doyen. L’objectif, à terme, est de disposer des ressources nécessaires à la mise en œuvre d’une cantine scolaire, à l’autonomisation des femmes et à la contribution à une éducation efficiente en faveur des enfants du village.

Par ailleurs, ces activités permettront également de favoriser l’éveil de la population des jeunes et, plus globalement, d’améliorer le cadre de vie général. Cela passera par la promotion du développement durable et de la biodiversité, ainsi que de la dynamique entrepreneuriale et coopérative des femmes et des jeunes de Kolo-Missahomé.

Des résultats encourageants durant la phase initiale

Selon Akakpo Kodjovi, coordinateur du projet femmes et cantine, l’analyse des résultats obtenus durant la phase initiale a permis de noter une dynamisation des bénéficiaires, mais aussi un engouement pour leur adhésion à une coopérative. Elle a également fait ressortir la volonté de la population à introduire des champignons et du miel dans leurs habitudes alimentaires et, par la même, améliorer leurs revenus par l’introduction de bonnes pratiques de cultures maraîchères dans leurs systèmes actuels d’agriculture.