Économiste et ancien ministre de la Prospective de Faure Gnassingbé, Kako Nubukpo juge que, dans un monde devenu majoritairement keynésien, une autre voie de développement est possible. D’autant plus dans le contexte de la pandémie du coronavirus, qui a favorisé, entre autres, le développement des circuits courts. Dans la même lignée, il développe sa vision de l’éco, la monnaie unique appelée à remplacer le franc CFA dans huit pays d’Afrique de l’Ouest. Le point.

Eco : « une étape historique et déterminante pour l’avenir du continent »

Pour Kako Nubukpo, le passage du franc CFA à la monnaie unique baptisée « éco », est une étape historique et déterminante dans l’histoire du continent africain. Cet économiste renommé, ancien ministre de Faure Gnassingbé, est célèbre pour ses prises de positions qualifiées d’anti-CFA, qui lui ont parfois coûté cher.

Issu de l’école institutionnaliste, Kako Nubukpo pense que la monnaie transcende le cadre de l’économie, renvoyant à l’identité même d’une nation. C’est l’un des raisons pour lesquelles il se réjouit de la décision d’instaurer une monnaie unique dans huit pays d’Afrique de l’Ouest, qu’il a qualifié d’historique : « C’est une décision historique (…), c’est la première fois depuis 75 ans qu’on change le nom de cette monnaie. C’est-à-dire que depuis le 26 décembre 1945, et malgré les différentes évolutions, on a gardé l’acronyme CFA pour « colonies françaises d’Afrique ». Ce qui fait que dans l’imaginaire populaire, le CFA n’a pas bougé ».

Kako Nubukpo se réjouit également de la fermeture du compte d’opération et le renoncement par Paris du dépôt d’au moins 50% des réserves de change des pays de la zone franc auprès du Trésor français avec, en plus, le retrait des Français de toutes les instances de décisions de l’UEMOA. Concrètement, ces décisions marquent la sortie effective de la France de la gestion monétaire quotidienne des Etats de l’UEMOA.

La monnaie : un fait social total

Kako Nubukpo pense que la monnaie est un fait social total. Il donne pour exemple la réticence de l’Allemagne au moment de la création de l’euro. Pour lui, c’est la preuve irréfutable que la monnaie dépasse le cadre de l’économie, et renvoie directement à l’identité : « L’Allemagne ne voulait pas abandonner le deutsche mark parce que le mark, c’est l’identité allemande (…). L’unité de compte de la monnaie, c’est la fonction première de la monnaie ».

Un économiste nommé à l’UEMOA

L’ancien ministre togolais de la Prospective, Kako Nubukpo, est devenu le nouveau conseiller économique du président de la commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), en remplacement d’un autre togolais, Essowè Barcola, en poste depuis 2017. L’ancien doyen de la faculté des sciences économiques et de gestion de l’Université de Lomé a lui-même fait cette annonce sur les réseaux sociaux, confirmant les rumeurs qui circulaient depuis plusieurs jours. Rappelons que Kako Nubukpo est l’un des critiques les plus durs du franc CFA dans sa forme actuelle, et que sa candidature a été notamment soutenue par le président de la république Faure Gnassingbé. Sa prise de poste prend effet le 5 janvier 2021 au sein de l’institution communautaire.