Interview Joséphine Soudou, artisan tisserand à Adidogomé

0
194

Joséphine Soudou :

« Miato m’offre l’opportunité de tisser des relations avec
d’autres professionnels »

La Foire internationale de l’artisanat a ouvert ses portes et se veut une plateforme
qui fait la promotion des jeunes artisans Togolais. Plus de 200 stands y sont
construits pour faire valoir le génie créateur Togolais à travers de jeunes
entrepreneurs. Parmi ceux-ci figure Joséphine Soudou. Elle est tisserand et fait des
pagnes traditionnels, faits mains. Elle se réjouit de ce Marché qui lui offre
l’opportunité de tisser des relations avec d’autres professionnels de son secteur.

  • Que faut-il savoir sur Joséphine Soudou ?

    Je suis tisserand et spécialisés en pagne traditionnel, la confection des habits à
    base des pagnes tissés communément appelé ‘‘Batakali’’. Je fais également les grands
    pagnes des chefs ‘‘Kété’’ ainsi que leurs chaussures et perles. A cela s’ajoute
    aussi la fabrication de sacs et chaussures hommes-femmes.
    Mon atelier s’appelle ‘‘Tissage Don de Dieu’’ et est situé à Adidogomé. Je suis dans
    ce domaine depuis 10 ans et aujourd’hui je travaille avec 4 machines et l’appui de 8
    apprentis.

  • Qu’est-ce qui vous a motivé pour venir au Marché de l’artisanat ?

    Je suis ici pour montrer notre savoir-faire en matière de pagnes traditionnels faits
    mains. Nous voulons également de la visibilité pour nos articles et tisser des
    relations avec d’autre artisans du Togo et de la sous-région pour une possible
    collaboration dans le futur.
    Mon objectif est de passer par cette foire pour augmenter ma clientèle, avoir encore
    plus de commandes que ce soit au niveau national et accéder au marché international.
    Je saisi l’occasion pour féliciter le gouvernement pour l’initiative et espère
    vivement que cela sera pérenne. En le faisant, il va nous aider nous autres artisans
    non seulement à ce qu’il y ait beaucoup plus de considérations pour notre secteur et
    favoriser ainsi notre développement.
    Si les dirigeants du pays reconnaissent nos efforts et s’habillent avec nos tenues,
    les autres aussi vont suivre. Mon fort souhait est que ce Marché puisse entrainer un
    grand déclic.
    Mais, je peux vous rassurer que, je suis très ravie d’être à cette foire car c’est
    l’opportunité pour moi de tisser des relations avec d’autres professionnels du
    secteur. C’est aussi l’occasion d’échanges avec des gens non seulement au plan au
    niveau national mais aussi, au plan international.

  • Vous rencontrez assez de difficultés pour décoller ?

    Bien évidemment. C’est nombreux mais la plus grande difficulté que je trouve très
    souvent et qui me bloque parfois c’est le financement. On a besoin des moyens pour
    non seulement renforcer nos ateliers et les capacités de nos apprenties. Nous
    engageons des ouvriers qui nous aident mais il est très difficile de trouver des
    clients pour passer des commandes surtout en gros.
    Et cela m’amène à faire une recommandation. Qu’il y ait plus d’investissement dans
    ce secteur afin que nous aussi puissions contribuer au développement économique du
    pays.
    Déjà, je dis, vivement la deuxième édition.

    Merci

josephine soudoux miato lome togo artisan tisserand traditionnel togolais

josephine soudou artisanat tissage traditionnel togolais