Le secteur de l’énergie verte est devenu l’un des facteurs majeurs de développement pour les pays africains. C’est aujourd’hui un axe important sur lequel reposent tous les autres paramètres du développement durable. En plus de sa contribution à la protection de l’environnement et à la réduction de la pauvreté, l’accès à l’énergie renouvelable permet l’amélioration de la santé par des moyens de cuisson plus sains et assure ainsi la sécurité alimentaire des citoyens.

Une stratégie du gouvernement volontariste

Le Togo à travers les politiques de son gouvernement connaît aujourd’hui une mobilisation sans précédent de tous les acteurs intervenant directement ou indirectement dans le domaine de l’accès à l’énergie et de l’électrification surtout en milieu rural. Cette mobilisation se traduit notamment par la mise en place de projets ambitieux visant une généralisation progressive de l’accès à l’électricité verte. Ainsi, le projet « CIZO » initié par le gouvernement de Faure Gnassingbé vise, à l’horizon 2022, à fournir des kits solaires individuels à prix abordable à 300.000 foyers soit environ 2 millions de citoyens à travers le pays. L’ambition du gouvernement togolais d’ici 2030 est de réussir l’accès pour 100 % de la population rurale à l’énergie solaire, comme l’a précisé monsieur Marc Ably-Bidamon, ministre en charge de l’énergie au Togo.

Cette initiative, financée par la banque africaine de développement (BAD), aura certainement des effets très positifs sur la population rurale. Car dans sa composante sociale, elle prévoit l’équipement de 800 centres de santé et 3 000 exploitations agricoles en kits solaires qui serviront à l’éclairage, mais aussi à l’irrigation. Le projet « CIZO » mise surtout sur la qualité des produits et services offerts à la population. Pour cela, tous les kits sont équipés de système de détection à distance pour assurer le bon fonctionnement et aussi la gestion des paiements. À cela, s’ajoute l’encouragement des paiements mobiles dans les zones rurales qui permettra un inclusion financière plus rapide des populations.

La formation des ressources humaines

Dans sa phase de concrétisation, le projet coordonné par l’Agence Togolaise d’Electrification Rurale et des Energies renouvelables (AT2ER) vient de terminer la formation de 3000 techniciens spécialisés en installation et maintenance des équipements solaires. Ils ont été formés par KYA Energy Group, société togolaise spécialisée dans la production de groupes électro-solaires, et cela à travers ses 5 académies couvrant les 5 régions du pays. Plus de 800 opérateurs viennent en effet de recevoir la semaine dernière leur attestation de fin de formation pour l’installation et la maintenance d’équipements solaires.

Il faut rappeler que Kya Energy Group, l’entreprise togolaise dirigée par Yao Azoumah qui a remporté le contrat pour la mise en place des académies régionales du solaire au Togo avait déjà décroché en 2018 le 1er prix de la Banque Ouest Afrique pour le Développement grâce ses projets innovants dans le secteur des énergies renouvelables. Selon le contrat approuvé, Kya Energy est chargée de mettre en place et équiper les 5 académies solaires qui visent la formation et la préparation des ressources humaines nécessaires à la réussite du projet. Ces académies, réparties sur les 5 régions du pays, avaient pour mission de former chacune 600 techniciens en énergie off-grid, soit un total de 3 000 techniciens.