L’amélioration du climat des affaires au Togo gagne du terrain au grand bonheur des Togolais et les investisseurs étrangers. Dans cette dynamique, les pouvoirs publics ont décidé de supprimer les frais d’annonces légales. Une mesure qui vient s’ajouter à la longue liste de réformes opérées par l’Etat qui met les petits plats dans les grands afin de faciliter aux opérateurs économiques, la création ou la suppression d’entreprises.
De par les années antérieures, la publication d’annonces légales relatives à la création, à la modification ou à la dissolution de sociétés au journal officiel de la République togolaise était fixée à soixante-deux mille (62.000) francs CFA. Entre-temps, elle est redescendue à mille (1000) francs CFA. Désormais, elle est gratuite.
Il n’existe plus de frais d’annonces légales au Togo. Cette décision a été rendue publique par le ministre du Commerce, de l’Industrie, du Développement du secteur privé et de la Promotion de la consommation locale à travers une note disponible sur le site internet du Centre de formalités des entreprises (CFE). Pour ce dernier, cette action s’inscrit « dans le cadre de la poursuite des réformes pour l’amélioration continue des affaires au Togo ». Précisément, à partir du mois de mars 2020, les créateurs d’entreprises ne doivent plus payer des frais d’annonces légales. L’ambition du gouvernement est de simplifier la vie au acteurs économiques afin de faire du Togo une destination privilégiée pour les investissements, un objectif clairement stipulé dans le Plan national de développement (PND) échelonné sur la période 2018-2022.

Vives les réformes !

Entre autres actions accomplies, il est désormais possible de créer son entreprise en seulement 24 heures. Les Petites et moyennes entreprises et industries (PME et PMI) ne payeront plus les frais de branchement à l’eau potable. Toutes ces réformes opérées au cours de ces derniers mois ont engendré la multiplication d’entreprises sur l’étendue du territoire. Plus de onze mille (11.000) entreprises ont vu le jour en 2019. Dans le dernier rapport annuel de la Banque mondiale, en ce qui concerne l’assainissement des affaires, le Togo a fait un bond spectaculaire de quarante (40) places, devenant ainsi le troisième pays le plus réformateur au monde et le premier en Afrique.