« Aucun sacrifice n’est trop grand quand il s’agit de la jeunesse », s’accorde-t-on à dire. L’avenir de la jeunesse ne peut être assuré qu’à travers une éducation scolaire et professionnelle bien solide. De vingt-cinq (25) milliards de francs CFA en 2005, le budget de l’éducation est passé à 174 milliards en 2019 grâce aux efforts du gouvernement dans ce sens.

En 2019, l’Etat a consacré 174 milliards des ressources publiques au secteur de l’éducation sur un budget national de 1461 milliards de francs CFA, soit une augmentation de 620%. En quinze (15) ans, la plus grande partie des ressources mises à la disposition par l’état a été dévolue au recrutement, à la construction de plus de 20.000 salles de classes etc. Ces différentes actions ont permis de rehausser les effectifs du personnel éducatif à 48%. Cette hausse est accompagnée d’une amélioration du traitement du personnel enseignant qui est passé de 51 milliards à 163 milliards, soit un accroissement de 317%. Aussi, les salaires des professeurs de l’enseignement supérieur ont doublé entre 2012 et 2019, passant de 205.539 francs CFA à 518.352 francs CFA pour un assistant délégué.

Autres résultats encourageants

Une pléthore de projets participe à la mise en place d’un système éducatif de qualité. Parmi eux, on peut citer le Projet d’appui à la réforme des collèges (Parec) qui a permis de construire près de 30 collèges (10 CEG de 400 places et 20 collèges de 200 places) dans les régions Maritime et Plateaux ; le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC) grâce auquel 180 salles de classes, 40 bureaux magasins, 15 blocs administratifs, 110 blocs latrines et 36 laboratoires (pour 08 collèges d’enseignement généraux), 40 écoles primaires publiques (EPP) et 07 lycées ont été construits.
Aujourd’hui, selon les statistiques de la Banque mondiale, le Togo dispose d’un des meilleurs taux d’achèvement (91,4% en 2017-2018) au cours primaire dans la sous-région. Au niveau du programme de l’enseignement technique, on enregistre un taux de 6,1% en 2015 qui est passé à 7,9% en 2017. Par-dessus tout, une transformation structurelle du système éducatif à l’horizon 2022, comme prévue dans le Plan national de développement (PND) est envisagée.