Les pouvoir publics au Togo comptent beaucoup sur la contribution du secteur privé dans le cadre de l’élaboration d’une stratégie de relance économique post-coronavirus. Le ministre togolais de l’Economie et des Finances, Sani Yaya, a déclaré ce jeudi au cours d’une session extraordinaire du Conseil National du Crédit (CNC) que « le gouvernement veut compter sur le secteur privé dans un esprit d’inclusion et dans un esprit participatif pour élaborer la stratégie de relance économique et contrer le risque de vulnérabilité économique, financière et sociale ». Plus d’infos sur le sujet dans la suite de cet article.

Accroissement des dépenses publiques et baisse des recettes budgétaires

Comme beaucoup d’autres pays touchés par le coronavirus, le Togo a été fortement impacté par la crise sanitaire de Covid-19. Aujourd’hui, l’économie togolaise se retrouve naturellement confrontée à un accroissement des dépenses publiques, qui contraste très fortement avec une baisse sèche des recettes budgétaires, selon le ministre de l’Economie et des Finances du pays.

Pour ne rien arranger, les prévisions laissent apparaître une forte décélération de l’activité économique, avec une perte de croissance qu’on estime à 4,2 points de pourcentage. Dans ce contexte particulièrement pessimiste du point de vue économique, il n’est pas surprenant que le taux de progression de l’activité économique pour l’année 2020 soit révisé à la baisse. On table désormais sur un taux de progression de 1,3%, contre une prévision initiale de 5,5% après un taux de 5,3% enregistré en 2019.

Sani Yaya redoute que si de telles prévisions se confirment, il s’agira du taux de croissance le plus faible de l’histoire économique du Togo au cours de ces six dernières année.