Jeudi 24 octobre, le rapport officiel Doing Business 2020 réalisé par la Banque Mondiale a été rendu public. Il nous dévoile des résultats satisfaisants concernant la République Togolaise et son essor économique, notamment grâce aux nombreuses réformes qui ont été mises en place au cours des derniers mois. Une semaine après le dévoilement de ces résultats encourageants, Son Excellence Monsieur Faure Gnassingbé s’est exprimé à ce sujet. Découvrons à travers cet article les points essentiels à retenir de son discours.

Un rapport Doing Business 2020 plus qu’honorable pour le Togo

Avant de revenir sur le discours de Son Excellence Monsieur Faure Gnassingbé, il est intéressant d’étudier les efforts réalisés par le Togo et qui ont été salués par la Banque Mondiale. En effet, notre pays a prouvé sa détermination à devenir un pays économiquement influent à l’échelle du continent africain mais aussi à l’échelle mondiale. Grâce aux nombreux progrès réalisés, nous sommes parvenus à gagner 40 places dans le classement mondial, en nous hissant à la 97ème position. Par ailleurs, grâce aux réformes mises en place au cours de l’année passée, nous avons obtenu la troisième place mondiale en matière de réformes économiques, ce qui prouve encore une fois la volonté de notre pays à apporter sa contribution à une croissance économique mondiale, en faisant du Togo un pays ouvert aux investissements nationaux et internationaux. D’ailleurs, les membres du gouvernement sont unanimes quant à cette progression, à l’instar de Sandra Ablamba Johnson, Ministre délégué chargé de la Cellule Climat des Affaires qui déclare qu’elle est le fruit “des choix opérés par le gouvernement togolais” et du “leadership […] de Son Excellence Monsieur le Président de la République”.

Un discours encourageant, porté vers l’avenir

Suite à ces résultats prometteurs, Son Excellence Monsieur Faure Gnassingbé a tenu à s’exprimer à Lomé, le jeudi 31 octobre 2019. Dans son discours, il a souligné les efforts réalisés conjointement par les administrations publiques et les acteurs du secteur privé afin de mener à bien ces grandes réformes économiques. Par ailleurs, il a tenu à rappeler que le Plan National de Développement (2018-2022) nécessitait de poursuivre dans cette voie et de redoubler d’efforts dans les années à venir afin de présenter des résultats remarquables sur le long terme. Il n’a pas manqué d’ajouter que les réformes déjà entreprises ont engendré de nombreux bouleversements dans l’organisation du pays. Cependant, le Chef d’État a justifié ces réformes en affirmant qu’il s’agissait du moyen le plus efficace afin de faire du Togo un pays très attractif à l’échelle mondiale.

Sergio Pimenta discours rapport pays doing business 2020

Une ouverture à l’international

Au travers de son discours, notre Président a évoqué de nombreux sujets liés à l’économie togolaise. Il a souligné l’impulsion possible du secteur privé étranger, capable de participer largement à une forte croissance sur le territoire togolais. En effet, les réformes entreprises sont largement capables d’attirer davantage d’investisseurs étrangers, pouvant alors contribuer à un essor économique majeur dans le pays. Et ce phénomène peut d’ores et déjà s’observer en raison du nombre de création d’entreprises qui connaît une augmentation conséquente. En 2019, on note une hausse de 7 % en comparaison avec les chiffres de 2018 qui s’avéraient déjà très satisfaisants. Un chiffre encourageant pour les années à venir, qui risquent bien de marquer un tournant majeur dans l’économie togolaise.

Cette ouverture à l’international est appuyée par le soutien d’organismes tels que la Société Financière Internationale (SFI) qui déclare par l’intermédiaire de son Vice Président, Sergio Pimenta : “Je crois que aujourd’hui, nous devons fêter un changement de l’image du Togo” et affirme être là pour faire beaucoup plus au Togo à l’avenir.
Affirmation qui se concrétise, ce jour, par l’ouverture à Lomé de bureaux de la SFI.

sergio pimenta sfi rapport pays doing business 2020 inauguration bureaux sfi lome togo sergio pimenta et faure gnassingbe