Au Togo, comme un peu partout sur la planète, les entreprises vont devoir apprendre à vivre, pour un temps, avec les conséquences de la pandémie de Covid-19, notamment le ralentissement économique. La principale préoccupation de la Chambre de commerce et d’industrie du Togo est la baisse de liquidités disponibles pour les PME, mais aussi pour le secteur informel.

Les entreprises togolaises durement impactées par la pandémie 

En ces temps de crise sanitaire, la situation des marchés et des entreprises au Togo n’est pas très réjouissante. C’est un fait, les entreprises togolaises ont été durement touchées par la crise sanitaire du coronavirus. C’est en tout cas ce que révèle une étude commandée par la Chambre du commerce et d’industrie du pays en mai dernier.

Pour Germain Mêba, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Togo, « les entreprises ont diversement constaté la baisse de leur chiffre d’affaires, selon leur secteur d’activité, globalement au niveau du Togo ». En effet, les entreprises ont dû faire face à une diminution des ventes, mais aussi des difficultés d’approvisionnement et d’accès au financement. Le secteur informel n’est pas en reste, trouvant des difficultés d’accès aux petits crédits auprès des institutions de microfinance.

Une réorganisation est nécessaire 

Entreprises en difficultés, microfinances en manque de liquidité, difficultés d’approvisionnement… pour dépasser les conséquences de la crise sanitaire sur l’économie du pays, il va falloir se réorganiser. Rékya Madougou, conseiller spéciale du président Faure Gnassingbé, estime que le virus ne disparaîtra pas de sitôt, urgeant les entreprises à réadapter leurs méthodes : « ces méthodes sont de l’ordre du digital, mais ces méthodes également peuvent être une nouvelle façon de vendre les produits et les services, à savoir aller vers le client dans le respect des mesures d’hygiène et de la distanciation nécessaire ».