D’après le dernier bilan en date, le nombre de cas de Covid-19 au Togo s’élève à 1 326 personnes affectées, dont 27 décès. Par rapport à de nombreux pays africains, la pandémie dans le pays reste donc sous contrôle. Ceci pourrait s’expliquer par une opération de dépistage de grande envergure menée par le gouvernement de Faure Gnassingbé et qui a pu toucher 60 343 personnes au total, l’équivalent de 7,83 tests pour 1 000 habitants.

Le centre de dépistage de Lomé fonctionne à plein régime

Installé dans l’ancienne aérogare de Lomé, le centre de dépistage a été doté de tout le matériel nécessaire et des équipements sanitaires pour le rendre opérationnel tant que durera la pandémie, et pour que les voyageurs soient systématiquement orientés vers le site pour des tests PCR.  L’objectif étant de créer un parcours entièrement sécurisé, et  de faire en sorte que le coronavirus ne se propage pas au Togo, selon monsieur Gnama Latta, le directeur de l’agence nationale de l’aviation civile, qui dirige également la société de gestion de l’aéroport.

Les Togolais respectent de plus en plus les mesures d’hygiène

Selon une étude de l’Institut National de la Statistique et des Études Démographiques (l’Inseed), qui a voulu enquêter sur les mesures prises par le gouvernement togolais et leurs impacts sur la vie des citoyens, au total, 98,9% de Togolais ont affirmé qu’ils ont tendance à se laver les mains plus souvent que d’habitude pendant cette période de crise sanitaire.  Toujours selon cette enquête, 97,5% Togolais ont  déclaré avoir fréquemment évité le contact physique, et 95,1% des personnes interrogées confirment éviter les rassemblements. Un point important soulevé par l’enquête est également le respect général des mesures de distanciation sociale.

Trois villes à l’intérieur du pays sont bouclées

Selon un communiqué des autorités togolaises, à partir du mardi 25 août et afin d’éviter la propagation du virus et une flambée prochaine des cas, des villes au centre et au nord du pays ont été bouclées. Les villes concernées sont Sokodé, Tchamba et Adjengre, avec une grande possibilité que ces préfectures soient, de nouveau, soumises à un couvre-feu.