Les feuilles de neem guérissent-elle du coronavirus ? Après notre article sur le danger de la chloroquine de contrefaçon, la rédaction a jugé nécessaire de publier un article sur les feuilles de neem, cet arbre aux mille et une vertus utilisé dans toute l’Afrique sub saharienne contre les affections dûes au paludisme.

Chloroquine contre paludisme, chloroquine contre coronavirus donc feuilles de neem contre covid-19

Cela ressemble à une équation arithmétique on ne peut plus simple :

  • La chloroquine est utilisée de manière efficace contre le paludisme et pourrait avoir des effets contre le coronavirus
  • Donc puisque les feuilles de neem sont utilisées de manière efficace contre le paludisme, elle aurait aussi des effets contre le coronavirus

Malgré l’apparente simplicité d’un tel énoncé, force est de rappeler qu’il est loin de respecter la rigueur scientifique qu’il est de mise d’adopter lorsque l’on se réfère à la médecine et son application sur le corps humain.

En l’occurrence, nous aimerions vous rappeler que certains raisonnements, malgré leur simplicité sont complètement faux :

  • ce qui est rare est cher
  • un cheval à bas prix est rare
  • donc un cheval à bas prix est cher

Les gestes barrières, le meilleur rempart contre le virus

Nos confrères de vert-togo ont interrogé Monsieur Didier Ekouevi, épidémiologiste, sur la possible existence de “chloroquine naturelle” (la rumeur qui se transmet aujourd’hui au Togo) dans les feuilles de neem.

Celui-ci rétorque tout d’abord qu’il convient d’être prudent à propos de l’utilisation de la chloroquine contre le covid-19. En effet, plusieurs études publiées n’arrivent pas aux même résultats et il existe des biais scientifiques dans les méthodes utilisées pour tester l’efficacité de la chloroquine.

Il conclut son propos en invitant tout le monde “à laisser l’usage de la chloroquine aux professionnels de santé, laisser « les feuilles de neem tranquilles » et appliquer les mesures barrières (distanciation sociale, lavage régulier des mains etc.) pour se protéger. N’oublions pas : « prévenir vaut mieux que guérir »”.

Un conseil de fort bon aloi que tout le monde devrait respecter pour le bien commun de tous !