L’agriculture est le fer de lance de l’économie togolaise. Dans le cadre du Plan National de Développement (PND) quinquennal mis en place en 2018, plusieurs mesures ont été adoptées afin de promouvoir le premier secteur d’emploi dans le pays. Le 25 Juin 2019, le Président de la République Faure Gnassingbé, a lancer le nouveau système de financement, le MIFA, dans la ville de Lomé. Quelques mois seulement après sa mise en place, ses performances dans le milieu agricole sont remarquables.

Le MIFA, un mécanisme innovant

Le MIFA ou Mécanisme Incitatif à l’Investissement Agricole est comme son nom l’indique, une stratégie élaborée par les autorités pour encourager les investissements dans le secteur agricole. Son objectif est de mettre en place un cadre réglementaire adapté au secteur agricole, appliquer des outils de gestion des risques pour attirer les compétences et les acteurs clés, et consolider des maillions des différents chaînes agricoles. Grâce au MIFA, des produits financiers et assuranciels spécifiques au secteur agricole seront développés. Il permettrait de réduire les risques liés aux prêts agricoles en les partageant entre les différents acteurs impliqués dans l’activité.

Des résultants exceptionnels au bilan du MIFA

Six mois après son lancement, le bilan est plus que positif pour le MIFA. Lors du compte rendu annuel qui s’est tenu le Mercredi 15 Janvier 2020 à Lomé, le directeur Aristide Agbossoumonde, a affirmé que 8 milliards FCFA ont pu être rassemblés en faveur du secteur. Ce qui représente un montant de soit 12 196 millions d’euros. Grâce à ce financement, 75 000 producteurs ont pu améliorer leurs activités et 140 000 emplois créés. Les résultats ont dépassé les attentes qui étaient fixées à 7 milliards FCFA. Le taux de réalisation physique a également surpris en atteignant 107% au lieu de 97% comme fixé.

Des perspectives prometteuses pour l’agriculture togolaise

Dans ses prévisions pour l’année 2020, le MIFA devrait collaborer avec le Fonds International de Développement Agricole (FIDA). D’après le directeur, il devrait réussir à collecter 50 milliards FCFA pour financer 400 000 entreprises agricoles et 450 000 agriculteurs. A terme, il vise à financer un million de producteurs.

Depuis le début de l’année, d’importants projets ont déjà pu bénéficier de l’appui de la société. La région de Vo s’est vu doter d’un projet de construction de cinq nouvelles unités de production de farine de manioc. Le premier, d’une valeur de 50 millions FCFA, sera construit dans la localité de Gnita. Le marché du manioc est très important dans le pays et présente de nombreuses opportunités. Chaque année, plus de 900 00 tonnes sont produites et 400 000 tonnes restent toujours en excès.

En quelques mois, la MIFA a fait entrer l’agriculture au Togo dans une nouvelle aire. Quand on sait que le secteur occupe plus de 80% de la population, l’augmentation des capacités de production et la création d’industrie de transformation vont profondément transformer le milieu agricole et l’économie du pays. On peut être confiant que d’ici 2022, le Togo aura réussi à atteindre ses objectifs de croissance fixés par le Plan Nationale de Développement.