Au Togo, le ministère de l’environnement compte bien mettre fin à l’implantation anarchique des stations-services sur le territoire national. Comment ? Tout simplement en durcissant les procédures d’octroi du fameux certificat d’implantation des dites stations. Fortement concerné par le sujet, David Wonou Oladokoun, le ministre en charge de l’environnement au gouvernement, a effectué une visite dans la périphérie Nord-Est (Kégué – Djagblé) de la capitale pour vérifier l’impact d’un projet de construction d’une station-service sur les riverains, mais aussi sur l’environnement. Plus de détails :

Stop à la délivrance des certificats de conformité environnementale 

Déplorant la proximité des stations-service, sans aucun respect des distanciations, le ministre en charge de l’environnement au Togo David Wonou Oladokoun a décidé de mettre un stop à la délivrance des certificats de conformité environnementale, sans aucun suivi préalable. Il a déclaré à ce propos qu’ « il faut envisager au-delà de ces implantations, l’aspect sécuritaire, car si un incendie se produit dans ces conditions, cela engendrera inévitablement une catastrophe ».

Toujours selon le ministre Oladokoun, il est impératif qu’il y ait un minimum de distance entre les stations-service. Et pourquoi ne pas prendre exemple sur quelques pays voisins : « au Burkina Faso ou au Cameroun par exemple, il faut au minimum 500 mètres entre deux stations, mesurables à partir des extrémités adjacentes », explique David Wonou Oladokoun.

En arrêtant la délivrance des certificats de conformité environnementale, le ministère en charge de l’environnement espère rectifier le problème de distanciation des stations-service tout en assurant la croissance économique du Togo. Il faut savoir qu’au pays, pour démarrer la construction d’une station d’essence, il faut absolument avoir au préalable le fameux certificat, auquel il faudra rajouter des recommandations du ministère et des engagements pour le respect des normes.