Le 9 février dernier s’est tenu un atelier sur le renforcement de la réglementation au Togo au sujet des installations chimiques à haut risque. Le ministère de l’environnement togolais est à l’initiative de ce temps fort qui fait écho à une situation urgente.

Une réglementation renforcée pour les installations chimiques du Togo

La réunion sur le renforcement de la réglementation des installations chimiques à haut risque au Togo s’est déroulée sur deux jours en présence des acteurs impliqués dans ce sujet sensible. Elle est en lien avec la gestion des risques Nucléaires, Radiologiques, Biologiques et Chimiques (NRBC) ainsi qu’avec les Centres d’excellence de l’Union européenne, impliqués depuis de nombreuses années aux côtés du Togo sur le sujet.

Il est en effet important de rappeler que les produits chimiques, malgré qu’ils soient parfois indispensables, restent une menace réelle pour notre écosystème ainsi que pour notre santé.

Un projet en lien avec l’Autorité Nationale pour l’Interdiction des Armes Chimiques 

Ce projet de réglementation a pour objectif de permettre aux différents acteurs d’avoir les outils nécessaires pour mettre en œuvre ce qui est nécessaire. Il vise également à déterminer les modalités d’implantation concernant les installations, les types d’industrie ou encore les entrepôts. Les plans d’urgence seront également définis, notamment pour les incidents de type NRBC.

Un membre de l’Autorité Nationale pour l’Interdiction des Armes Chimiques (ANIAC-Togo) a par ailleurs ajouté que ce dispositif permettra en outre « de planifier l’urbanisation dans nos villes ». Il a également rappelé qu’ « on ne doit plus installer une industrie qui a un caractère dangereux à proximité des populations ».

Rappelons que l’Autorité Nationale pour l’Interdiction des Armes Chimiques  (ANIAC-TOGO)  a récemment élaboré  une liste de contrôle de plusieurs milliers de produits chimiques du Togo.